1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Suspension de la grève à la centrale EDF de Fessenheim
Reuters23/02/2018 à 16:43

SUSPENSION DE LA GRÈVE À LA CENTRALE EDF DE FESSENHEIM

STRASBOURG (Reuters) - Les salariés de la centrale nucléaire de Fessenheim, en grève depuis lundi pour demander de meilleures conditions de départ au moment de la fermeture du site, ont suspendu vendredi leur mouvement, dans l'attente d'une réponse de la direction à leurs revendications, a-t-on déclaré la CGT.

Une nouvelle réunion entre les syndicats et la direction d'EDF s'était tenue dans la matinée à Paris.

"La direction a écouté les demandes et les préoccupations des agents. Ils se sont engagés à donner des réponses le 12 mars. Dans l'attente, le mouvement est suspendu", a dit à Reuters Julien Kussling, de la CGT, qui avait appelé à la grève avec Force ouvrière.

La production du réacteur numéro 1, le seul actuellement en activité, devait revenir à sa puissance nominale de 880 MW dans la soirée ou dans la nuit, a-t-il précisé. Elle était limitée à 180 MW depuis lundi du fait du mouvement de grève suivi par un tiers des salariés, selon la direction d'EDF.

Les discussions portent notamment sur l'indemnisation du préjudice subi par les 750 salariés du fait de l'arrêt prématuré de la centrale et de l'incertitude dans laquelle ils ont été maintenus de 2012 à 2017 sur l'effectivité de cette décision.

Elles concernent également les pertes immobilières à prévoir pour ceux qui devront vendre leur habitation et la prime de mobilité, tous les agents de l'entreprise publique ayant par ailleurs la garantie de l'emploi en son sein.

La plus vieille centrale nucléaire française, en service depuis 1977 au bord du Rhin, doit être mise à l'arrêt au moment de l'entrée en service de l'EPR de Flamanville dans la Manche, en principe fin 2018 ou début 2019, conformément à la loi de transition énergétique de 2015.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 445566ZM
    24 février14:20

    C'est la cgt qui commande une centrale nucléaire française. Les étrangers, pourront-ils avoir confiance dans l'industrie nucléaire de notre pays ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer