Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Survie après un cancer : le sort des enfants continue de s'améliorer

Le Parisien01/06/2015 à 17:45

Survie après un cancer : le sort des enfants continue de s'améliorer

« Il y a 50 ans, un enfant sur cinq seulement survivait au cancer. Aujourd’hui ils sont plus de 80 % toujours bien vivants cinq ans après le diagnostic. » Ces mots, prononcés par Gregory Armstrong, cancérologue à l’hôpital pour enfants de Memphis (Etats-Unis), dimanche après-midi, lors de la séance plénière du congrès de l’Asco (American society of clinical oncology), à Chicago, sonnent comme une bouffée d’air frais.

Ces nouvelles sont d’autant plus importantes que le cancer est la maladie qui terrifie le plus les Français, et plus encore quand elle touche les enfants. L’examen du devenir de quelque 34 000 enfants, âgés de moins de 21 ans lors du diagnostic, montre en effet que 15 ans après, le taux de mortalité a chuté de moitié (passant de 12,6 à 6 %).

Preuve que non seulement on soigne mieux les cancers, mais que l’on maîtrise aussi mieux les dégâts à long terme de traitements dont on sait qu’ils peuvent provoquer des effets secondaires, et une toxicité qui se révèle bien plus tard, déclenchant parfois des cancers secondaires ou des pathologies cardiovasculaires et pulmonaires.

Une amélioration notamment due à un changement des traitements

Ce progrès est dû à l’amélioration progressive de traitements devenus plus ciblés : en 1970, 86 % des jeunes patients atteints de leucémie aiguë lymphoblastique (un cancer du sang) étaient entre autre traités par irradiation crânienne. En 1990, ils n’étaient plus que 22 %. Les doses de chimiothérapie ont elles aussi été revues à la baisse dans plusieurs cancers pédiatriques.

Les données dévoilées lors de la présentation de l’étude de Grégory Amstrong ne pourront en outre qu’apporter de l’eau au moulin des associations de patients, qui plaident inlassablement en faveur du droit à l’oubli. Un droit à vivre normalement après la maladie, à travailler, fonder une famille peut-être et surtout ne pas se voir retoquer par une assurance ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.