1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Suisse : la droite et les jeunes remettent en cause la redevance audiovisuelle
Le Point03/03/2018 à 09:26

En Suisse, la vie est chère. Et tout particulièrement la redevance audiovisuelle, qui s'élève à 451 francs suisses par an (392 euros). Il est vrai que ce petit pays de huit millions d'âmes doit satisfaire ses téléspectateurs et ses auditeurs en quatre langues, l'allemand, le français, l'italien et le romanche. Cette langue romane n'est plus parlée que par 60 000 personnes dans le canton des Grisons. Résultat, la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) alimente 17 chaînes de radio et six de télévision.

Il ne s'agit pas que d'un problème de langue, mais aussi de culture, de goûts, de centres d'intérêt. Les Genevois, par exemple, se passionnent pour les petites phrases de Laurent Wauquiez, alors que les Zurichois ne connaissent même pas son nom. Ce sont donc des journalistes différents qui couvriront l'actualité parisienne pour les francophones et pour les alémaniques. Seulement voilà, les jeunes sont bien davantage branchés sur Internet que leurs aînés. Plutôt que de payer 451 francs suisses chaque année, ils préféreraient s'abonner à des émissions qui les intéressent vraiment. Ils sont à l'origine de l'« initiative » « No Billag », du nom de l'organisme qui collecte la redevance. En Suisse, il suffit de réunir 100 000 signatures pour pouvoir organiser une « votation », qui aura lieu dimanche 4 mars.

Jeter aux orties le service public

...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer