Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Suède-Des négociations ardues pour les sociaux-démocrates

Reuters15/09/2014 à 21:24

(actualisé avec réaction du Parti de gauche, déclaration de Löfven) * Pas de majorité absolue pour les partis de gauche * Löfven exclut toute coopération avec les démocrates suédois * "87% des Suédois n'ont pas voté pour eux", dit-il (Actualisé avec citations, détails) par Anna Ringstrom et Simon Johnson STOCKHOLM, 15 septembre (Reuters) - Les sociaux-démocrates suédois, arrivés en tête des élections législatives de dimanche, vont s'atteler à la formation d'un gouvernement en composant avec un Parlement sans majorité claire où l'extrême droite enregistre une poussée historique. Dès dimanche soir, le chef des sociaux-démocrates, Stefan Löfven, s'est dit prêt à entamer le processus de formation d'un nouveau gouvernement après huit années de gouvernement d'orientation libérale. "Nous sommes dans une grave situation", a-t-il dit à ses partisans. "Nous avons des milliers de personnes sans emploi. Nous avons des résultats dans l'éducation qui diminuent plus que dans n'importe quel autre pays de l'OCDE. La Suède a aujourd'hui répondu qu'elle voulait un changement. Il nous faut un nouveau cap." Mais l'alliance informelle des partis de gauche, que forment le Parti social-démocrate, les écologistes et le Parti de gauche, crédités dans leur ensemble de 43,7% des voix, n'obtiennent que 158 sièges sur 349, bien en deçà de la majorité absolue (175 élus). Lundi, le Parti de gauche a déclaré qu'il ne participerait pas à un gouvernement emmené par les sociaux-démocrates, sans pour autant exclure de le soutenir. Avec 39,3%, la coalition de centre droit du Premier ministre sortant, Fredrick Reinfeldt, au pouvoir depuis 2006, totalise 142 sièges tandis que les Démocrates suédois, un parti d'extrême droite hostile à l'immigration, créent la surprise avec 12,9% des voix et 49 élus. Aux précédentes législatives, le parti de Jimme Akesson plafonnait à moins de 6%. "Il n'est plus possible de nous ignorer pour diriger le pays. L'équilibre des forces dépend désormais entièrement de nous", s'est-il félicité. Aucun parti ne veut coopérer avec les Démocrates suédois qui, a déclaré Stefan Löfven, n'ont "aucun droit d'être les faiseurs de roi". "Souvenez-vous que 87% des Suédois n'ont pas voté pour eux", a-t-il dit à Reuters, avant de promettre: "Nous aurons un gouvernement fort qui ne dépendra pas des Démocrates suédois." "LA VICTOIRE EST DEVENUE UNE DÉFAITE" Ancien ouvrier soudeur et ex-syndicaliste, Löfven a annoncé qu'il engagerait des discussions de coalition avec les Verts et a tendu la main à d'autres formations. L'apport du Parti de gauche ne suffisant pas à former une majorité et le mouvement de gauche Initiative féministe restant à la porte du Parlement, il pourrait tenter d'approcher l'un des partenaires de la coalition sortante (les Modérés de Fredrick Reinfeldt gouvernaient en alliance avec le Parti du centre, les libéraux et les chrétiens-démocrates). "Notre main reste tendue", a dit Löfven. "Nous allons commencer à discuter avec les écologistes et nous poursuivrons avec le Parti de gauche et ensuite nous prendrons contact avec le Parti du centre et avec le Parti libéral." Prié de dire s'il excluait de former une coalition avec les partis de centre droit, il a répondu: "je n'exclus rien. Je ne ferme aucune porte." Car la Suède s'est réveillée ce lundi matin avec un nouveau paysage politique qui laisse les politologues perplexes. "Il n'a jamais été aussi difficile d'analyser un scrutin qu'après ces législatives", reconnaît Jesper Bengtsson du centre d'études Tiden, marqué à gauche. "Le nouveau gouvernement aura pour tâche de répondre à l'inquiétude et à la peur que reflète le score des Démocrates suédois", ajoute-t-il, évoquant la lutte contre les inégalités sociales et appelant à une "réflexion dans de nouveaux termes sur les ambitions de la politique d'intégration". En campagne, les sociaux-démocrates ont promis de consacrer 40 milliards de couronnes (4,3 milliards d'euros) à la création d'emplois, à l'éducation et aux dépenses sociales. "La victoire est devenue une défaite", écrit l'éditorialiste du quotidien libéral Dagens Nyheter. (avec Niklas Pollard et Daniel Dickson; Tangi Salaün, Jean-Stéphane Brosse, Henri-Pierre André et Nicolas Delame pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.