1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Steve Bannon, en guerre toute
Le Monde20/08/2018 à 10:43

Steve Bannon lors d'une inteview à l'Associated Press, le 19 août à Washington.

Le maître à penser de l'alt-right et ex-conseiller stratégique de Trump est de retour, six mois après être tombé en disgrâce, avec un film à la gloire du « populiste en chef ».

Sans rancune ? Viré de la Maison Blanche comme un malpropre en août 2017, Steve Bannon, 64 ans, n'en veut apparemment pas à Donald Trump. A moins de cent jours des élections de mi-mandat du 6 novembre - cruciales pour la Maison Blanche comme pour l'opposition -, le maître à penser de l'alt-right a lancé un nouveau groupe de soutien à M. Trump. Peu importe que personne à Washington ne l'ait sollicité. « Steve le sulfureux » travaille surtout à sa résurrection politique.

L'homme a pris l'air. Dans les interviews, il est bronzé, un peu moins empâté. Et toujours fringant sur son cheval populiste. Le nationalisme économique, celui qui profitera aux bas salaires, nécessite « une tolérance zéro » sur l'immigration, insiste-t-il, en faisant miroiter des emplois dans l'économie numérique aux Noirs qui prendront, sans nul doute, selon lui, la place des ingénieurs indiens.

Architecte de la victoire de Trump en novembre 2016, entré à la Maison Blanche avec le titre de conseiller stratégique et l'habitude de se mêler de tout, adepte des fuites et du chaos, Steve Bannon repart à l'attaque avec un film. Trump@War  (« Trump en guerre ») . Dans lequel le président est présenté comme un surhomme qui a rempli ses promesses - envers et contre tous - à part le « mur » à la frontière mexicaine, concède Bannon, mais il assure que Trump n'a pas dit son dernier mot, et qu'il envisage un bras de fer à l'occasion du renouvellement de la loi d'appropriations budgétaires, le 30 septembre.

Sans-cul...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer