Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Stéphane Travert présente un plan pour le bien-être animal, de la com' selon les ONG

AFP29/08/2018 à 19:30

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert à la sortie d'une réunion de travail à l'Elysée, le 20 juillet 2018 ( AFP/Archives / LUDOVIC MARIN )

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a présenté mercredi la feuille de route du gouvernement pour améliorer le bien-être animal, comprenant dispositions existantes, éléments de la future loi Alimentation, et mesures à l'étude.

Ce plan est vivement critiqué par les associations qui accusent le gouvernement de faire du réchauffé.

Ce plan a été présenté en marge d'une visite du ministre aux abattoirs Puigrenier, à Montluçon (Allier), afin d'illustrer concrètement les plans de développement des filières d'élevage avec le distributeur, l'abatteur et les éleveurs qui mettent en place par contractualisation les engagements du bien-être animal, a indiqué l'entourage de Stéphane Travert.

Au rayon innovation, le ministre a rappelé la création d'un centre de référence sur le bien-être animal piloté par l'Inra, initié par le gouvernement précédent et mis en place fin 2017. Il a également évoqué les travaux de recherche en cours pour aider les professionnels à améliorer leur pratiques.

M. Travert a évoqué la convention passée avec une entreprise pour créer d'ici à 2024 une méthode permettant aux industriels de mettre fin au broyage des poussins mâles auxquels ont recours les industriels désireux de ne garder que les futures poules pondeuses.

"C'est une technique qui existe aujourd'hui" a admis M. Travert lors d'un point presse, et "à laquelle il faut mettre fin". "Nous avons engagé 4,3 millions d'euros avec une entreprise pour un dispositif qui permettra de faire du +sexage+ (tri) à l'intérieur de l'œuf pour éliminer les poussins mâles, avant leur éclosion", a-t-il dit.

Le ministre a également rappelé l'engagement de la filière à limiter à 50% la proportion d'œufs de poules issus d'élevages en cages d'ici à 2022.

- "Un coup de com' après le tsunami Hulot" -

Pour la filière de viande bovine, qui souhaite faire monter en puissance la proportion de produits sous signe de qualité label rouge, Stéphane Travert l'a appelée à faire de ce label un gage d'excellence en termes de bien-être et à changer son cahier des charges.

Ce plan "est juste un coup de com après le tsunami Hulot, en utilisant opportunément le plan d'actions +bien-être+ animal 2016/2020 initié par Stéphane Le Foll", a réagi mercredi la fondation Brigitte Bardot, qui indique que Stéphane Travert "s'est opposé à tous les amendements favorables aux animaux lors de l'étude du projet de loi Agriculture" au printemps.

Le texte doit être examiné à l'Assemblée nationale à compter du 12 septembre.

"Ce que présente aujourd'hui Stéphane Travert, c'est la stratégie mise en place en 2016 sous son prédécesseur Stéphane Le Foll", a renchéri auprès de l'AFP Agathe Gignoux, une porte-parole de l'association de défense des animaux d'élevage CIWF, qui a dénoncé une "belle opération de communication".

Le CIWF a également fustigé l'autorisation cet été par la France "malgré les chaleurs caniculaires", de transports de bovins vers la Turquie. "Un scandale", selon Mme Gignoux.

Elle a évoqué des animaux "bloqués à la frontière turque, pendant dix jours, dans leur camion, sans eau, sans nourriture, certains sont morts dans le camion".

Répondant aux critiques du magazine 30 millions d'Amis qui avait demandé l'interdiction de ces transports, M. Travert s'était alors absous de toute responsabilité sur le sujet, en arguant que les bovins français retrouvés dans de mauvaises conditions sanitaires en Turquie n'avaient pas été expédiés par la France, mais par l'Espagne et la République Tchèque, leurs pays de destination initiale.

Selon CIWF, un nouveau convoi transportant 275 animaux est parti fin août de la Loire vers Edirne en Turquie dans des conditions de températures "inadaptées".

La législation autorise des transports d'animaux vivants seulement à une température maximum de 30°C, avec une tolérance de 5°C.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • CHANOMAR
    29 août20:56

    un gouvernement égale a Macron dans ces propos sans foie ni loi

    Signaler un abus

  • qleraz
    29 août17:19

    C'est monsieur tout-de-travers !

    Signaler un abus

  • mlaure13
    29 août16:29

    Le bien être animal ?...la planète est surpeuplée d'êtres humains/pollueurs...le réchauffement climatique s'intensifie...la pollution des mers/océans, des sols et de l'air également...et le grand scoop de la rentrée : le bien être animal...a MdR si ce n'était si triste...On comprend bien pourquoi N Hulot s'est tiré... ;-(((

    Signaler un abus

  • mlaure13
    29 août16:29

    Le bien être animal ?...la planète est surpeuplée d'êtres humains/pollueurs...le réchauffement climatique s'intensifie...la pollution des mers/océans, des sols et de l'air également...et le grand scoop de la rentrée : le bien être animal...a MdR si ce n'était si triste...On comprend bien pourquoi N Hulot s'est tiré... ;-(((

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.