Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Stabilité de l'aide publique au développement en 2014-OCDE

Reuters08/04/2015 à 16:26

* La baisse de l'aide aux pays les plus pauvres se poursuit * Cinq pays au-dessus des objectifs de l'ONU * Les ONG critiquent la baisse des dotations françaises PARIS, 8 avril (Reuters) - L'aide publique au développement des principaux pays industrialisés est restée globalement stable l'an passé par rapport aux records enregistrés en 2013, mais l'aide aux plus pays les plus pauvres a poursuivi sa baisse, selon les données publiées mercredi par l'OCDE. Les apports nets d'APD des 28 pays membres du Comité d'aide au développement (CAD) de l'organisation ont atteint l'an passé 135,2 milliards de dollars. En termes réels, en tenant compte de l'inflation et des variations des taux de change, ce montant marque une baisse de 0,5% par rapport au record de 135,1 milliards enregistré en 2013, souligne l'OCDE. Mais dans le même temps, l'aide bilatérale aux pays les moins avancés a reculé de 16% en termes réels pour se fixer à 25 milliards de dollars, selon des données encore provisoires. Une grande partie de ce repli s'explique par le niveau "exceptionnellement élevé" de l'allègement de dette consenti au Myanmar en 2013. Mais hors impact des allègements de dette, l'APD aux pays les plus démunis a diminué de 8%. "Notre défi, comme nous finalisons les objectifs de développement de l'après-2015 cette année, va être de trouver les moyens d'acheminer une plus grande partie de cette aide vers les pays qui en ont le plus besoin", a déclaré dans un communiqué Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE. Les programmes d'aide bilatérale représentent de l'ordre de 60% du total de l'APD. Pour l'Afrique subsaharienne, ils ont représenté l'an passé 25 milliards de dollars, soit 5% de moins qu'en 2013 en termes réels. BAISSE DE L'APD DE LA FRANCE Sur les 28 pays du CAD, cinq - Danemark, Luxembourg, Norvège, Royaume-Uni et Suède - dépassent l'objectif de l'Onu d'une aide publique au développement équivalant à 0,7% du revenu national brut (RNB). Treize pays ont enregistré une augmentation de leur APD nette en 2014, les plus fortes hausses étant à mettre au crédit de l'Allemagne (+14,4%), la Finlande (+12,5%), la Suède (+9,9%) et la Suisse (+9,7%). Mais elle a diminué dans les 15 autres pays du CAD, plus particulièrement en Australie (-8,5%), au Canada (-10,5%), en Espagne (-18,3%), au Japon (-26%) et au Portugal (-13,0%). Pour la France, elle a reculé de 5,1%, tombant à 0,36% du RNB contre 0,41% en 2013, une évolution sévèrement critiquée par les organisations non gouvernementales. Dans un communiqué, Christian Reboul, responsable d'Oxfam France, a dénoncé une "volonté politique qui fait défaut". "Au moment même où on observe un creusement des inégalités mondiales, une multiplication des catastrophes liées au changement climatique, une recrudescence des conflits armés, la France s'ampute d'un formidable outil de réponse à ces défis", dit-il. Pour Friederike Röder, directrice de ONE France, "la France va devoir redresser la barre si elle souhaite retrouver en crédibilité". "Si elle veut contribuer à la lutte contre l'extrême pauvreté et les changements climatiques, elle ne peut ignorer l'argent, le nerf de la guerre", a-t-elle déclaré. Les Etats-Unis restent le plus gros donateur en volume, avec 33,6 milliards de dollars en 2014, 2,2% de plus qu'en 2013. En intégrant les pays non membres du CAD qui ont communiqué des données, les Émirats arabes unis arrivent en tête pour l'aide au développement rapportée au RNB, à 1,17 %. L'étude complète de l'OCDE : http://bit.ly/1CwBar5 (Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.