Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Spanghero va reprendre une partie de son activité

Reuters18/02/2013 à 20:11

RÉTABLISSEMENT PARTIEL DE L'AGRÉMENT SANITAIRE DE L'ENTREPRISE SPANGHERO

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a décidé lundi de rétablir en partie l'agrément sanitaire de l'entreprise Spanghero, mise en cause dans le scandale de la viande de cheval étiquetée comme du boeuf, qui s'est étendu à une dizaine de pays européens.

La société retrouve son agrément pour ses activités de production de viande hachée, de saucisserie, d'élaboration de plats cuisinés et de découpe de viande, a précisé le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.

En revanche, la société ne pourra pas reprendre son activité d'entreposage de matières premières congelées, en tout cas avant la fin des examens complémentaires en cours, et dont les résultats seront connus vendredi prochain.

La suspension, la semaine dernière, des autorisations d'exploitation de la société de Caltelnaudary (Aude), accusée d'avoir remplacé du boeuf par du cheval importé de Roumanie, avait mis en chômage technique environ 300 employés.

Les ministres de l'Agriculture et de la Consommation, Stéphane Le Foll et Benoît Hamon, ont reçu en fin de journée les représentants syndicaux des salariés.

"Ce redémarrage, c'est déjà limiter la casse. Notre travail de mobilisation a payé. Il y a environ 90% de l'activité qui va redémarrer, c'est un soulagement. On est contents", s'est félicité Claude Hill, délégué CFDT de l'usine Spanghero.

Le maire socialiste de Castelnaudary, Patrick Maugard, qui avait lui-même proposé une reprise partielle, s'est également réjoui de cette décision.

"L'enjeu de très court terme reste de conserver la confiance des clients et des consommateurs. Les investigations menées les assurent désormais qu'aucune négligence, ni aucun acte frauduleux, ne pourront faire naître un doute sur la qualité du produit", dit-il dans un communiqué.

DÉCISION DE BON SENS

Le gouvernement a pris la décision de rétablir partiellement l'activité, ce qui permettra de préserver l'entreprise, sous la pression des salariés et des élus du département, inquiets pour l'emploi dans une région déjà frappée par le chômage.

Le ministre de la Consommation, Benoît Hamon, a invoqué" une décision de bon sens. "Quand on a des éléments qui permettent directement de répondre à un problème d'emploi (..) rouvrir une partie de l'activité de l'entreprise parce qu'elle ne présente aucun danger sanitaire, c'était une décision qui était une décision de bon sens", a-t-il dit aux journalistes.

La réouverture partielle a été décidée à l'issue de "contrôles sanitaires approfondis qui ont porté sur l'inventaire et le contrôle de la matière première utilisée dans l'entreprise, les procédures de traçabilité interne ainsi qu'un audit des procédures de maîtrise de la sécurité sanitaire des produits élaborés, précise le ministère.

Une brigade vétérinaire est restée à pied d'oeuvre pendant tout le week-end et "aucune non-conformité n'a été relevée."

Pour l'entreposage des produits congelés, 80% des lots ont été inspectés mais l'examen n'était pas terminé lundi. A l'exception d'un lot faisant l'objet d'examens complémentaires, aucune anomalie n'a été pour l'instant décelée.

La société Spanghero est soupçonnée d'avoir écoulé 750 tonnes de cheval à travers des millions de plats surgelés distribués dans plus d'une dizaine de pays européens.

Mais la direction de l'entreprise s'est défendue de toute tromperie délibérée et a accusé le gouvernement, en particulier le ministre de la Consommation Benoît Hamon, d'avoir pris une décision précipitée en suspendant son agrément.

Or, l'enquête de la brigade vétérinaire confirme que "des estampilles sanitaires ont bien été modifiées", comme l'avaient relevé la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), insiste le ministère de l'Agriculture.

Gérard Bon, avec Marion Douet et Jean Décotte à Toulouse, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.