1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Son discours était trop inspiré de Goebbels : le secrétaire à la Culture brésilien démissionne
Le Parisien17/01/2020 à 20:00

Son discours était trop inspiré de Goebbels : le secrétaire à la Culture brésilien démissionne

Son discours a fait scandale. Il paraphrasait des propos tenus par le chef de la propagande nazie, Joseph Goebbels. Le secrétaire à la Culture du gouvernement du président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro, Roberto Alvim, a démissionné vendredi. « Au vu du malaise causé par ce lamentable épisode, j'ai présenté immédiatement ma démission au président dans le but de le protéger », a annoncé le secrétaire d'Etat sur Facebook.Quelques minutes plus tard, le président Bolsonaro a confirmé sur Twitter le départ de son secrétaire à la Culture « en raison de propos malheureux qui ont rendu son maintien impossible ». - Comunico o desligamento de Roberto Alvim da Secretaria de Cultura do Governo. Um pronunciamento infeliz, ainda que tenha se desculpado, tornou insustentável a sua permanência.-- Jair M. Bolsonaro (@jairbolsonaro) January 17, 2020 Le chef de l'Etat a également exprimé son « rejet des idéologies totalitaires et génocidaires, comme le nazisme et le communisme », ainsi que son « soutien total et sans restriction à la communauté juive ».Les appels à la démission avaient fusé de toute part après la diffusion jeudi soir d'une vidéo montrant Roberto Alvim prononçant ce discours en costume sombre, avec en musique de fond un opéra de Wagner, le compositeur préféré d'Hitler.Des critiques de toute part« L'art brésilien de la prochaine décennie sera héroïque et national, [...] tout en étant impératif, car lié aux aspirations urgentes de notre peuple, ou ne sera pas », affirmait-il dans cette vidéo annonçant la création d'un Prix national des Arts.Cette phrase est très similaire à celle attribuée à Goebbels dans l'ouvrage « Goebbels, biographie » de Peter Longerich : « L'art allemand de la prochaine décennie sera héroïque, il sera d'un romantisme d'acier, il sera objectif et exempt de sentimentalisme, il sera national, gorgé de pathos, impératif, ou il ne sera pas ». ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer