Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Somalie-L'armée kényane aurait détruit 2 camps des Chabaab

Reuters06/04/2015 à 17:06

(actualisé avec démenti des Chabaab, précisions) par Drazen Jorgic et Edith Honan NAIROBI, 6 avril (Reuters) - L'aviation kényane a annoncé lundi avoir détruit deux camps des Chabaab, les islamistes somaliens qui ont revendiqué le massacre du campus universitaire de Garissa, dans l'est du Kenya, où 148 personnes ont été massacrées jeudi dernier. Les islamistes somaliens ont démenti que leurs camps aient été touchés, assurant que les bombes de l'armée de l'air kényane étaient tombées plus loin, dans des champs. Les avions ont pilonné dimanche les camps, situés dans la région de Gedo, a dit le porte-parole des forces armées kényanes, David Obonyo. "Nos photos aériennes montrent que les camps ont été complètement anéantis", a-t-il dit en précisant que cette opération visait à empêcher les islamistes basés dans ce secteur de lancer des attaques de l'autre côté de la frontière avec le Kenya. Les Chabaab ont tué plus de 400 personnes sur le territoire kényan au cours des deux dernières années, dont 67 au centre commercial Westgate de Nairobi en septembre 2013. Le Kenya s'efforce d'endiguer le passage d'islamistes et d'armes à travers ses 700 km de frontière avec la Somalie, et les violences sur son sol ont d'ores et déjà des retombées économiques car elles éloignent touristes et investisseurs. Les Chabaab, qui disent avoir perpétré la tuerie de Garissa pour punir le Kenya de sa présence militaire en Somalie au sein de la force africaine AMISOM, ont proféré de nouvelles menaces au cours du week-end, promettant de "nouveaux bains de sang" dans les villes du pays. (voir ID:nL6N0X1042 ) ODINGA PRÔNE UN RETRAIT KENYAN DE SOMALIE Le cheikh Abdiasis Abu Musab, porte-parole des opérations militaires des Chabaab, a dit à Reuters qu'aucun des camps n'avait été endommagé lors des opérations de dimanche. "Le Kenya n'a pas frappé nos bases", a-t-il affirmé. La région de Gedo est difficile à atteindre et les informations sur les raids n'ont pu être vérifiées de façon indépendante. L'un des quatre membres du commando des Chabaab qui a attaqué le campus de Garissa était le fils d'un officiel kényan du comté de Mandera, limitrophe de la région de Gedo. Abdirahim Abdullahi, membre de l'ethnie somali, était porté disparu depuis que son père avait annoncé qu'il était passé en Somalie pour rejoindre les Chabaab. Dans la capitale Nairobi, des dizaines de membres des familles de victimes cherchaient toujours, lundi, à identifier les cadavres de leurs proches à la morgue de la ville. L'engagement des forces kényanes dans le conflit somalien commence à être remis en question. Pour Raila Odinga, Premier ministre lorsque Nairobi avait envoyé des troupes en Somalie en 2011 et aujourd'hui chef de l'opposition, le Kenya doit aujourd'hui envisager de se retirer de Somalie, tout comme les Etats-Unis l'avaient fait après avoir perdu 18 hommes en 1993 à Mogadiscio. "Les Etats-Unis avaient beaucoup de soldats en Somalie mais ils les ont rappelés. Le Kenya devrait retirer ses militaires de Somalie", a dit Raila Odinga dimanche, cités dans l'édition de lundi du journal Standard. (Henri-Pierre André et Eric Faye pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.