Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Soldats français accusés de viols en Centrafrique : des enfants témoignent

Le Parisien18/05/2015 à 07:51

Deux visages d'ange sur des corps chétifs. Marcus* et Isidore* ont environ 9 ans, des rêves plein la tête -- le premier s'imagine mécanicien, le second banquier -- mais portent sur leurs trop frêles silhouettes le poids d'un lourd passé. Emportés par la folie meurtrière qui s'est abattue sur Bangui en décembre 2013, ils ont échoué dans le misérable camp M'Poko. Orphelin de mère et délaissé par son père, Marcus s'est débrouillé pour survivre avec d'autres gamins des rues. « Le midi, je ne mange pas », confie Isidore qui vit encore sur place auprès de sa mère et de ses frères et soeurs, au milieu des huttes recouvertes de bâches en plastique. Ce sont des témoignages sensibles, fragiles, parfois évolutifs mais qu'ils ont également confiés en détail à l'enquêtrice des Nations unies au printemps 2014 : Marcus et Isidore font partie des six enfants dont les récits fondent les accusations.

Pour Marcus, se nourrir était une obsession. « J'étais obligé de demander aux gens », chuchote-t-il. Selon ses explications, il apprend que « les militaires violent les enfants en échange de rations ». « Un jour, je suis venu dire que j'avais faim. On m'a amené dans un endroit fermé où les soldats montent la garde, il y avait des sacs de sable autour. L'un d'entre eux m'a demandé une fellation en échange. Il m'a dit de ne jamais en parler », souffle-t-il le regard vide. Marcus livre le surnom du militaire. Mais selon lui, trois autres soldats étaient au courant. Il affirme connaître quatre autres victimes.

Isidore, lui, ne connaît pas le nom de son agresseur. Il décrit un soldat « musclé, grand et blanc » qui, dans la guérite du checkpoint Alpha 1, lui aurait plusieurs fois proposé de « sucer son bangala (NDLR : pénis en langue sango) contre des biscuits et des bonbons ». « J'avais faim, j'étais obligé de le faire », se justifie-t-il. Isidore espère maintenant aller à l'école et quitter ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.