1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

SNCF : une prime élargie pour inciter des cadres à conduire un train
Le Point01/04/2018 à 11:43

Selon une source proche de la direction citée par Franceinfo, la mesure est une réponse à des revendications de longue date des cadres « transport traction ». (crédit : Sebastien ORTOLA/REA)

Les cadres de la SNCF pourraient remplacer les conducteurs grévistes à leur poste. C'est ce qu'explique Franceinfo, ce dimanche 1er avril : la direction de la SNCF aurait annoncé à ses cadres « transport traction », c'est-à-dire les chefs d'équipe des agents de conduite, qu'ils pourraient bénéficier d'une prime mensuelle de 150 euros dite de « conducteur occasionnel ». Ce bonus n'est pas une nouveauté mais jusqu'à présent, d'un montant de 120 euros, il était touché uniquement par des cadres supérieurs qui effectuaient des remplacements ponctuels de conducteurs pendant l'année.

Si cette mesure est légale, elle agace les syndicats, qui dénoncent une man?uvre de la direction. Ils estiment que sa mise en place, quelques jours seulement avant le début du mouvement de grève, est « une carotte » pour inciter ces cadres intermédiaires à remplacer des conducteurs grévistes. C'est « une prime qui existait déjà », mais qui est devenue « plus incitative », a expliqué à l'Agence France-Presse Bernard Aubin, du syndicat FiRST. Il dénonce des « pressions exercées sur l'encadrement pour remplacer les grévistes » afin de « réduire au maximum les impacts de la grève ». « Cela ne serait pas surprenant », a indiqué à l'Agence France-Presse Cédric Robert, de la CGT Cheminots, ajoutant que la direction était « prête à tous les subterfuges pour casser la grève ».

36 jours de grève...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer