1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

SNCF : pourquoi l'État reprend 35 milliards de dette
Le Point26/05/2018 à 00:44

Cela ne faisait pas beaucoup de doutes : l'État vient à la rescousse de la SNCF pour reprendre une partie de sa dette. (crédit : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT)

C'était un secret de Polichinelle. L'État, par la voix de son Premier ministre Édouard Philippe, s'est engagé à reprendre 35 milliards de dette de la SNCF sur un total de 54,5 milliards. Dès l'annonce de la réforme, il s'était engagé à ce que la puissance publique « prenne ses responsabilités », d'ici à la fin du quinquennat. Mais l'absence d'engagements précis avait nourri la méfiance des syndicats du groupe ferroviaire considérés comme les plus réformistes, l'Unsa et la CFDT.

Pourquoi seulement 35 milliards de dette ? Tout simplement parce que cela correspond à l'endettement accumulé par l'infrastructure ferroviaire française, logée au sein de SNCF Réseau, pour laquelle il est normal que l'État investisse. Sur le papier, l'endettement de SNCF Réseau est d'environ 46 milliards d'euros, mais 11 milliards étaient déjà considérés comme étant de la dette publique car les recettes des péages imposés à chaque passage de train n'étaient plus considérées comme suffisantes pour faire face aux coûts d'investissement et d'entretien du rail français. Le reste de l'endettement de la SNCF, soit 8,5 milliards, constitue la dette de SNCF Mobilité, qui opère les trains. Elle continuera à être supportée par l'entreprise.

Une reprise en deux étapes

La reprise de cette dette se fera en deux fois. Le plus gros morceau, soit 25 milliards, aura lieu au moment de la transformation de la SNCF en...

Lire la suite sur Le Point.fr

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nayara10
    26 mai10:13

    Avec cette nouvelle population et ces futurs nouveaux Français ,on va encore faire les poches de ceux qui payent des impôts .Justice sociale oblige ...Et puis on vous fera à vous aussi les poches pour ces cheminots qui sauvent la France ....

    Signaler un abus

  • mxnagg
    26 mai09:37

    Example : en Juillet 2015 la SNCF a fait un Emprunt a 2.78% sur 100Ans, entendu que le premieres annees payent les interets quel a va etre le bilan de l'operation en 2019 pour HSBC si l'Etat rembourse par Anticipation ? Pour les Bons en Math quel est le couts total de l'emprunt... Pour les Bons en Lois ou devrait se trouver le Fonctionnaire qui a Signer ce produit ?

    Signaler un abus

  • kram123
    26 mai09:15

    Pareil on nationnalise les pertes et capitalise les bénéfices. L'etat Vend tout ce qui est rentable pour se désendetter et on augmente les impôts parce que Ces rentes ne sont plus.....bravo

    Signaler un abus

  • goufio2
    26 mai07:31

    aminet-il me semble que la SNCF soit encore un établissement 100 % public, alors comment privatiser les profits ?

    Signaler un abus

  • aiki41
    26 mai07:07

    l'Etat n'a pas tenu ses engagements de 1994 concernant la reprise de la dette, au contraire il a creusé la dette de la SNCF en investissement simplement pour faire plaisir à quelques élus. Maintenant comme à son habitude il met la faute sur le dos des autres et les français sont prêts à emmener au bucher tous les lampistes désignés par ce gouvernement, roi de la manipulation de l'information et de la division.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer