1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

SNCF : « Les gens pensent qu'on est tous grévistes, mais c'est loin d'être vrai »

Le Monde14/04/2018 à 06:34

Un « gilet rouge » sur les quais de  la gare Saint-Lazare, à Paris, le 9 avril.

Au sixième jour de mobilisation, environ 38 % des quelque 150 000 salariés étaient en grève. Les non-grévistes, eux, se font discrets, pour éviter « de jeter de l'huile sur le feu ».

Un petit groupe de touristes japonais s'avance dans le hall quasiment vide de la gare Montparnasse à Paris. Dans un anglais balbutiant, l'un d'eux ose : « Are you on strike ? » (« Etes-vous en grève ? »). Le « gilet rouge » répond que non, qu'il est « là pour aider les voyageurs » ; il se retrouve aussitôt immortalisé par plusieurs flashes de téléphone.

« Les gens pensent qu'on est tous grévistes, mais c'est loin d'être vrai », soupire ce quinquagénaire, qui s'éloigne rapidement pour « ne pas en dire plus », tout simplement « parce qu'[il n'a] pas le droit ».

A la SNCF, les consignes en interne sont claires : « Il faut se taire, faire profil bas pour éviter de jeter de l'huile sur le feu », dit Romain*, 41 ans, conducteur de train. « On a l'habitude de laver notre linge sale en famille », reconnaît celui qui est entré à l'âge de 22 ans dans l'entreprise. Lui, comme tous les non-grévistes qui ont répondu à un appel à témoignages lancé sur Lemonde.fr, a requis l'anonymat, par crainte « des répercussions », dit-il. Vendredi 13 avril, au sixième jour de grève des cheminots, ils étaient pourtant majoritaires - il y a environ 38 % de grévistes sur les quelque 150 000 salariés du groupe.

« Je passe pour un jaune » Si Romain continue à rouler, il ne soutient pas pour autant la réforme ferroviaire, qu'il juge « nocive pour les salariés comme pour les usagers ». Mais avec son divorce en cours, ce conducteur « ne peut juste pas [se] permettre » d'être gréviste. « Je passe pour un j...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • hasss
    14 avril09:23

    Preuve supplémentaire (s'il en est besoin) du caractère mafieux et menaçant des syndicats grévistes : les vrais travailleurs osent à peine parler et exigent l'anonymat !

    Signaler un abus

  • serval02
    14 avril09:04

    La "cagnotte" ne pallie pas a ce manque financier ????

    Signaler un abus

  • gendrefr
    14 avril07:51

    comme d'hab, ils profiteront des fruits de ces mouvements

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer