1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

SNCF : les actes de malveillance explosent

Le Parisien15/05/2018 à 21:47

SNCF : les actes de malveillance explosent

La grève des cheminots dure et se durcit. Lundi, pour le 18e jour du mouvement, la direction de la SNCF a comptabilisé une explosion des exactions avec une cinquantaine d'actes de malveillance et de blocage des trains. Soit dix fois plus que les chiffres enregistrés lors des précédentes journées de grève. À Gaillon (Eure), sur la ligne Paris-Rouen (Seine-Maritime), c'est un câble de la caténaire, qui permet d'alimenter les trains en électricité, qui a été sectionné. Conséquence : une quinzaine de trains TER et Intercités ont eu jusqu'à quatre heures de retard.Toujours en Normandie, du côté de Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime), c'est un passage à niveau qui a été mis en dérangement tandis que dans le même secteur plusieurs guérites de signalisation ont été vandalisées. « Le système se met alors en sécurité, décrit un porte-parole de l'entreprise. Tous les voyants sont au rouge et plus aucun train ne passe. » Autre lieu, autre exemple, à Lille (Nord) où un aiguillage a été bloqué. LIRE AUSSI > Les trains à quai, les cheminots aux urnesDes actes de malveillances qui se sont poursuivis dans la journée de mardi avec le vol des clés de six rames TER au Mans (Sarthe) ou encore des dégradations sur sept rames à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Une surprise ? Pas vraiment. Depuis le début du mouvement, les responsables syndicaux, même s'ils condamnent sans ambiguïté ces actes, tirent la sonnette d'alarme. « Plus le conflit va durer, plus les positions vont se radicaliser, avait prévenu Didier Aubert, le secrétaire général de la CFDT-Cheminots. C'est irrationnel. Les cheminots ayant perdu trop de journées de grève ne veulent pas reprendre le travail pour rien. »Les souvenirs de 1995 toujours présentsUne radicalisation d'autant plus attendue que lundi marquait la moitié des jours de grève posés par l'intersyndicale jusqu'au 28 juin. Pour l'occasion, les syndicats avaient même déclaré ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jmlhomme
    16 mai08:07

    Quand une direction generale ....ne peut decider de remettre de l'ordre...le desordre est tellement evident et justifie de faire payer aux syndicats les degats faits par les grevistes. ( et si c'était des actes orchestrés par nos services "paralleles" , tout etant possible....ce sont les opérateurs mais aussi les commenditaires ...qui doivent payer et sur leurs biens )

    Signaler un abus

  • agent786
    16 mai06:19

    baoui, c'est comme la greve jusqu'a 8h du mat, mais pas de train avant 10h, pourtant il me semble que c'est une faute pro si c'est la greve....ou alors, on en profite pour enerver un peu plus le peuple pour se le mettre dans la poche....hein Pepy?

    Signaler un abus

  • aiki41
    16 mai06:00

    Dans l'article il n'est pas fait mention explicitement que ce sont les cheminots qui sont respensables de tous ces exactions. Mais bon on a trouvé les responsables pour tout et le petit peuple s'en réjouis.

    Signaler un abus

  • nayara10
    16 mai00:45

    Comme ,ils sont de Gôche .Le gouvern les protège...

    Signaler un abus

  • aremon05
    15 mai23:23

    Ne rien concéder à ces méthode de voyous, CGT et SUD sont des destructeurs d'entreprises? La SNCF doit exclure et licencier les voyous qui commettent de tels actes. Dehors ces gens !!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer