1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Séries, musique, TV... Quand l'art du partage se transforme en piratage
Le Monde15/09/2019 à 00:00

Combien sont-ils, ces resquilleurs du Net ? Ceux qui squattent les comptes de leurs proches pour mater des séries ou écouter de la musique à l'œil. Un phénomène qui inquiète les leaders du secteur.

Ils se prélassent dans votre box, grignotent vos connexions et se lovent dans votre profil. Trop contents de profiter à l'œil de votre très haut débit, de la qualité de vos playlists ou de votre amour des séries. Eux ? Les ­parasites numériques qui, par radinerie, facilité ou vision élargie de la solidarité familiale ou amicale, utilisent les codes d'abonnement d'une personne de leur entourage. Dans cet art du partage, le pigeon souvent volontaire, souscripteur et payeur d'une offre légale, propose lui-même d'en étendre l'accès à des personnes ne vivant pas sous son toit. Parfois le généreux est un abbé Pierre malgré lui, enfants, ex ou amis profitant et distribuant identifiants et mots de passe à son insu, dans un grand élan de générosité. A moins qu'il ne se fasse carrément plumer par un pirate inconnu.

Le phénomène est difficile à quantifier, mais se répandrait à la ­vitesse d'une bande passante. En complément des pratiques illicites les plus répandues comme le streaming, le téléchargement ou le partage de fichiers, 29 % des consommateurs fraudeurs de musique, films ou séries TV utiliseraient ainsi chaque mois les codes d'accès à une offre ­légale par abonnement d'un proche, a évalué une étude de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi), en avril 2018.

Bon samaritain Décomplexés à l'égard des usages illicites (70 % des 15-24 ans y ont recours régulièrement ou occasionnellement), gros clients de biens culturels dém...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer