1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Sénatoriales : à gauche, des défaites symboliques

Le Parisien28/09/2014 à 22:38

Sénatoriales : à gauche, des défaites symboliques

Le Sénat est repassé à droite et le FN fait son entrée avec deux élus, mais la défaite est moins sèche que prévue pour le Parti socialiste et ses alliés, surtout si l'on compare les résultats de ce dimanche soir aux municipales de mars et aux européennes de mai. Reste qu'à l'occasion de ces sénatoriales, la gauche enregistre certains revers locaux qui ont valeur de symbole. Revue des échecs les plus cuisants.

Le fief de François Hollande bascule à droite. Voilà qui est humiliant pour le président de la République. Chez lui, en Corrèze, Bernard Combes, son successeur à la mairie de Tulle et conseiller chargé des élus, est battu de 47 voix par l'UMP Claude Nougein (52,69%). L'UMP Daniel Chasseing (51,73%) avait éliminé la sénatrice socialiste Patricia Bordasle dès le premier tour. Résultat, la droite s'offre ce dimanche le fief du chef de l'Etat.

Les ex-ministres d'Ayrault tenus en échec. Le verdict est tombé en fin de journée : battus. L'ex-ministre déléguée à la Décentralisation, représentante du PRG au sein du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, Anne-Marie Escoffier, échoue (28,93%) à se faire réélire dans l'Aveyron. Même sort pour l'ex-ministre délégué (Formation professionnelle, puis Affaires européennes), Thierry Repentin (PS), défait en Savoie.

 Une figure du PS perd son siège C'était l'un des visages du Sénat. Jean-Pierre Michel, qui avait défendu la loi sur le mariage pour tous au Sénat (et le PACS, à l'Assemblée en 1999) n'est pas parvenu à se faire réélire en Haute-Saône. Avec 33,83% des voix, il cède son siège à l'UMP.

Jean-Michel Baylet au tapis. Lui qui demandait encore, lors du remaniement de la fin août, un poste «à la hauteur de ce qu'il a porté pendant la primaire», essuie ce dimanche une sévère déculottée. Le patron du PRG, Jean-Michel Baylet, élu depuis 1995, perd son siège de sénateur en n'obtenant au second tour que 41,32% des voix face au DVD François Bonhomme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7361806
    28 septembre21:02

    BAYLET avait harcelé ses concurents BONHOMME -élu- et COLLIN -élu-dans son journal "la dépèche du midi", tout comme un autre adversaire politique DOMINIQUE BAUDIS qu'il avait fait accuser à tort de proxénétisme.Ce millardaire héritier est le principal soutien au gouvernement et de FH

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer