1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Selon Benalla, l'affaire est "l'opportunité" d'atteindre Macron
Reuters26/07/2018 à 10:29

SELON BENALLA, L'AFFAIRE EST "L'OPPORTUNITÉ" D'ATTEINDRE MACRON

PARIS (Reuters) - Alexandre Benalla admet dans un entretien paru jeudi avoir commis une "grosse bêtise" en se rendant aux manifestations du 1er-Mai en tant qu'observateur de la police mais, avec la révélation de l'affaire dans la presse, "c'était l'opportunité aussi d'atteindre le président de la République".

Selon l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron, qui a répondu au Monde, "des politiques et des policiers" qu'il ne nomme pas sont à l'origine des informations parues le 18 juillet dans le quotidien, à l'origine de la tempête politico-judiciaire la plus puissante du début de quinquennat.

"Je n'ai pas le sentiment d'avoir trahi le président de la République, j'ai le sentiment d'avoir fait une grosse bêtise", dit l'ex-adjoint au chef de cabinet de l'Elysée, mis en examen dimanche pour, notamment, "violences en réunion" et "immixtion dans l'exercice d'une fonction publique".

Il a été identifié dans une vidéo sur laquelle on le voit coiffé d'un casque de police et malmenant deux jeunes gens sur la place de la Contrescarpe, à Paris.

"On a essayé de m'atteindre, de me tuer, et c'était l'opportunité aussi d'atteindre le président de la République", juge Alexandre Benalla.

Après le 1er mai, celui qui est chargé de mission se voit infliger une suspension de 15 jours et Emmanuel Macron, à son retour d'un déplacement dans le Pacifique, lui reproche d'avoir commis une "faute grave".

Mais, ajoute Alexandre Benalla, "il m'explique que ça n'enlève pas la confiance qu'il a en moi mais que j'ai fait une grosse bêtise".

Il dit par ailleurs ne pas avoir sollicité, ni regardé la vidéo issue des images de vidéosurveillance qu'il dit avoir reçue le soir du 18 juillet, juste après la publication de l'article du Monde.

La présidence de la République a confirmé jeudi qu'Alexandre Benalla avait remis la vidéo extraite illégalement au conseiller spécial d'Emmanuel Macron, Ismaël Emelien, suscitant des doutes à l'Elysée sur l'origine du document.

A la suite de cela, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron a procédé le 20 juillet au matin à un signalement au procureur de la République dans le cadre de l'article 40, en relatant les faits et en joignant le document vidéo dont il n'a pas été conservé de copie, a-t-on précisé.

(Simon Carraud et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

11 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    27 juillet09:43

    Ah la vindicte populaire...Sans vouloir cautionner en aucune manière, les débordements occasionnés par le sieur Benalla, il faut quand même rendre à César ce qui lui appartient...et on peut comprendre (sans cautionner) que ce jeune homme de 26 ans avec de lourdes responsabilités, ait pu « péter les plombs »à un moment donné...trop de pression, défoulement passager voir un peu de manipulation et instrumentalisation pourquoi pas...

    Signaler un abus

  • sidelcr1
    26 juillet11:11

    Master en droit :-) diplomé ou & quand ?

    Signaler un abus

  • nayara10
    26 juillet11:01

    Pour info ,on a connu dans le passé une affaire de valises .....Mais Y'avais quoi dans toutes ces valises ??????.....

    Signaler un abus

  • cleraz
    26 juillet11:00

    Si macron avait accepté de suivre les procédures il n'en serait pas là !

    Signaler un abus

  • cleraz
    26 juillet10:58

    Il est temps (le temps des vacances) de siffler la fin de la récré MAIS en mettant au coin les délinquant et les responsables de leurs agissements. Licenciement de benyaya, du dir cab de Macron, du secrétaire général de l'Élisée et le cantonnement de macron au fort de Brégançon pour un an avec suspension de salaire.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer