Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ségolène Royal menacée à La Rochelle, un casse-tête pour le PS

Reuters11/06/2012 à 22:48

Ségolène Royal menacée à La Rochelle, un casse-tête pour le PS

PARIS (Reuters) - Martine Aubry a demandé lundi en vain à Olivier Falorni, le dissident socialiste menaçant Ségolène Royal à La Rochelle, de se désister en faveur de l'ex-candidate présidentielle qui revendique le soutien de François Hollande et Jean-Marc Ayrault.

Le sort de Ségolène Royal, qui brigue ouvertement la présidence de l'Assemblée nationale, est le cas le plus épineux pour le PS au lendemain du premier tour des élections législatives.

L'intervention de François Hollande et Jean-Marc Ayrault n'y a rien fait : Olivier Falorni a répété lundi que sa candidature pour le second tour était "irrévocable" et l'a déposée dans l'après-midi à la préfecture de Charente-Maritime à La Rochelle.

"François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont fait savoir que j'étais la candidate que les électeurs avaient choisie pour représenter la majorité présidentielle", a rapporté Ségolène Royal sur BFM TV. "Cet appel au bon sens et au rassemblement n'a manifestement pas été entendu".

"Il n'y a eu ni pressions, ni quoi que ce soit, il y a eu un rappel des règles", a-t-elle dit.

Pour Olivier Falorni, "la démocratie doit s'exprimer jusqu'au bout".

"Après avoir interdit les primaires, Mme Royal prétend interdire un second tour. Nous ne sommes pas sous le régime soviétique et les électeurs pourront s'exprimer dimanche", a-t-il dit à Reuters.

"Quand j'entends parler de règles à respecter, que je reçois des ordres venant d'un parti qui m'a exclu, je me dis qu'on marche sur la tête", a-t-il ajouté.

La première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, et la ministre écologiste du Logement, Cécile Duflot, se rendront mardi à La Rochelle pour soutenir Ségolène Royal, a annoncé le PS.

Ségolène Royal a obtenu 32,03 % des voix dimanche dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime, Olivier Falorni 28,91% et la candidate UMP Sally Chadjaa 19,47%, qui ne peut se maintenir au second tour de dimanche prochain.

"INSUPPORTABLE"

La situation est d'autant plus délicate pour la candidate "officielle" que les dirigeants locaux de l'UMP appellent à voter pour le dissident.

"Dans un département qui a toujours privilégié les hommes par rapport aux étiquettes, nous appelons à voter pour l'homme de chez nous", a expliqué sur i-télé l'ancien ministre UMP Dominique Bussereau, président du conseil général de Charente-Maritime.

"Je sais que M. Falorni ne siégera pas avec nous à l'UMP, sur les bancs de l'opposition, il sera au Parti socialiste, mais c'est quelqu'un de respectable, c'est quelqu'un de loyal et nous préférons quelqu'un de loyal à quelqu'un de 'royal'", a-t-il ajouté.

La candidate UMP Sally Chadjaa a fait savoir lundi au jdd.fr qu'elle voterait blanc dimanche prochain. "Dominique Bussereau a une rancune personnelle contre Ségolène Royal. Je trouve dommage qu'un responsable de l'UMP prenne ce genre de position. Ce n'est pas ma conception de la politique", explique-t-elle.

Ségolène Royal, qui entend assurer son salut en allant "chercher les voix une par une", a déclaré lundi à des journalistes qu'il n'était "pas possible que la gauche mélange ses voix aux voix sarkozystes".

"Je suis une personnalité nationale, donc je représente un danger pour la droite. En essayant de me faire battre, la droite veut aussi affaiblir le gouvernement et le président de la République", a-t-elle souligné.

Elle a reçu lundi le soutien de Martine Aubry, qui a exhorté Olivier Falorni à se retirer.

"Il se trouve que cette candidate n'est pas n'importe qui, c'est la présidente de Poitou-Charentes, elle est chez elle à La Rochelle. C'est notre ancienne candidate à la présidence de la République", a-t-elle déclaré lors d'un point de presse.

Martine Aubry avait été auparavant beaucoup plus sévère sur France Inter : "Quand on est de gauche, on ne va pas essayer de battre une camarade - et qui plus est celle-ci - avec les voix de la droite. C'est insupportable".

Sophie Louet, avec Claude Canellas à Bordeaux

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.