1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sécheresse : le gouvernement va autoriser une «soixantaine» de retenues d'eau
Le Parisien29/08/2019 à 13:42

Sécheresse : le gouvernement va autoriser une «soixantaine» de retenues d'eau

« On ne va pas regarder la pluie tomber du ciel pendant six mois et la chercher les six autres mois de l'année ». Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a annoncé ce jeudi matin que le gouvernement allait autoriser la mise en place d'une « soixantaine » de retenues d'eau entre 2019 et 2022. Une mesure destinée, en cette période de sécheresse, à mieux gérer l'irrigation des terres agricoles, mais contestée par les écologistes. Ces derniers estiment qu'elle favorise une agriculture surconsommatrice d'eau.« Il s'agit de capter l'eau de pluie, de la retenir dans des retenues collinaires, [...] pour pouvoir la restituer après dans les sols lorsqu'il y a sécheresse », a expliqué le ministre. Ces projets sont régulièrement attaqués devant les tribunaux administratifs par les associations de défense de l'environnement, mais il a rappelé avoir, avec le ministère de la Transition écologique et solidaire, « obtenu une instruction arbitrée par le Premier ministre » pour « à nouveau faire des retenues d'eau ».Le document signé en juin lors des Assises de l'Eau, mais jamais réellement médiatisé jusqu'à présent, définit l'objectif de parvenir à 60 retenues d'eau « d'ici à 2022 », et « les instructions des projets vont démarrer en 2019 », a précisé le cabinet du ministre dans la matinée.« Des projets de territoire discutés avec les écologistes »Treize projets de « bassines » dans le département des Deux-Sèvres, deux en Charente-Maritime et un dans la Vienne, sont notamment contestés par des militants écologistes. Ceux-ci dénoncent un système pompant principalement les ressources des nappes souterraines et soutenant l'agriculture jugée intensive. Les retenues vont « se faire sur des projets de territoire discuté » avec les écologistes, a assuré Didier Guillaume, appelant au « pragmatisme » pour que l'agriculture « soit résiliente et puisse avancer ». Didier Guillaume: «les ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer