Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Scandale Wirecard: le ministre des Finances réfute toute responsabilité
AFP22/04/2021 à 16:48

La commission d'enquête sur ce scandale financier sans précédent en Allemagne touche cette semaine au coeur du pouvoir avec l'audition de la chancelière Angela Merkel et de ses ministres ( AFP / Christof STACHE )

La commission d'enquête sur ce scandale financier sans précédent en Allemagne touche cette semaine au coeur du pouvoir avec l'audition de la chancelière Angela Merkel et de ses ministres ( AFP / Christof STACHE )

Y-a-t-il des responsabilités politiques dans la faillite retentissante de la société de paiements Wirecard ? "Non", a vigoureusement répondu jeudi le ministre allemand des Finances Olaf Scholz, passé sur le gril à propos de ce scandale sans précédent sur lequel devra aussi s'expliquer Angela Merkel.

La commission d'enquête parlementaire sur cette vaste fraude présumée touche cette semaine au coeur du pouvoir avec l'audition d'une série de ministres, avant celle, vendredi, de la chancelière elle-même.

Jeudi, le ministre des Finances a reconnu que l'affaire Wirecard était "le plus grand scandale financier" ayant jamais secoué l'Allemagne, tout en assurant que "la responsabilité de cette fraude criminelle à grande échelle n'incombe pas au gouvernement".

La chute de la start-up, longtemps coqueluche de la bourse, est une tache dans le bilan de M. Scholz, candidat des sociaux-démocrates aux législatives de septembre.

- Haro sur la Bafin -

Jeune société de paiements dématérialisés à la croissance fulgurante, Wirecard s'est retrouvée l'épicentre d'une gigantesque fraude quand ses dirigeants ont admis que 1,9 milliard d'euros inscrits dans les comptes n'existaient pas. La société a été mise en liquidation fin août.

La chancelière allemande Angela Merkel, le 21 avril 2021 à Berlin ( AFP / John MACDOUGALL )

La chancelière allemande Angela Merkel, le 21 avril 2021 à Berlin ( AFP / John MACDOUGALL )

L'affaire a mis en lumière des "manquements qui convergent vers un point central, la Bafin", le régulateur financier allemand, dénonce le député conservateur Matthias Hauer, membre de la commission d'enquête. 

Or cette instance de supervision est placée sous la houlette du ministère des Finances.

Elle est notamment mise en cause pour avoir interdit les ventes à découvert sur le titre Wirecard, entre février et avril 2019, afin d'empêcher la dégringolade du titre déclenchée par des allégations de malversations dans la presse économique.

Cette initiative a contribué à dissimuler la fraude pendant des mois, accusent les critiques.

Mais il s'agissait d'une "décision de la Bafin", a insisté Olaf Scholz, assurant que son ministère n'avait fait que l'entériner. Il affime n'avoir eu à l'époque "aucun indice prouvant qu'il ne s'agissait pas d'une bonne décision".

Le ministre a néanmoins admis que le régulateur financier n'avait pas tous les moyens d'une supervision efficace.

"Avec ce que nous savons aujourd'hui, il est clair que les missions de surveillance et de contrôle n'étaient pas bien armées", a-t-il déclaré, rappelant que des réformes avaient été engagées. Le directeur de la Bafin a également été remplacé.

L'audition du ministre a été marquée par la révélation de courriels concernant l'affaire, envoyés depuis son adresse mail personnelle, alors qu'il avait précedemment assuré ne communiquer que via sa messagerie professionnelle.

- Lacunes des auditeurs -

Dans cette recherche de responsabilités, teintée d'arrière-pensées politiques, le ministre a observé que les auditeurs de la multinationale du conseil financier EY ont approuvé dix ans durant les comptes de Wirecard.

Ce qui rejaillit sur le ministère de l'Economie, tenu par les conservateurs, tutelle de l'autorité de surveillance des cabinets d'audit (Apas).

Le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier, le 20 avril 2021 à Berlin ( POOL / Michael Sohn )

Le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier, le 20 avril 2021 à Berlin ( POOL / Michael Sohn )

Les lacunes de leur travail ont été recensées dans une récente expertise remise à la commission d'enquête.

Si l'Apas "n'a pas été performante alors le ministre (de l'Economie, Peter Altmaier) n'a pas non plus fait correctement son travail", estime le député libéral Florian Toncar. 

secrétaire d'Etat allemand aux Finances Jörg Kukies, le 21 avril 2021 à Berlin ( POOL / Bernd von Jutrczenka )

secrétaire d'Etat allemand aux Finances Jörg Kukies, le 21 avril 2021 à Berlin ( POOL / Bernd von Jutrczenka )

Le chef de l'Apas a par ailleurs été mis à pied en décembre pour avoir spéculé à titre privé sur des actions Wirecard au moment où la société était soupçonnée d'irrégularités.

- Voyage en Chine -

Angela Merkel sera interrogée vendredi sur un voyage officiel qu'elle a effectué en Chine en 2019, embarquant des responsables de la fintech qui cherchaient des entrées auprès des autorités chinoises.

Markus Braun, l'ancien dirigeant de Wirecard, le 19 novembre 2020 à Berlin ( POOL / FABRIZIO BENSCH )

Markus Braun, l'ancien dirigeant de Wirecard, le 19 novembre 2020 à Berlin ( POOL / FABRIZIO BENSCH )

Etait-il approprié de "placer Wirecard sous sa protection lors de ce voyage ?", se demande le député Franz Schäffler, alors que des alertes commençaient à circuler.

Interrogé sur la question, Olaf Scholz a assuré n'avoir de son côté "eu aucune discussion sur l'entreprise Wirecard" à Pékin.

Le dirigeant de Wirecard, Markus Braun, est incarcéré depuis cet été dans le sud de l'Allemagne, dans le cadre d'une vaste enquête judiciaire menée par le parquet.

Parmi les premiers à comparaître devant la commission d'enquête à l'automne, cet Autrichien de 51 ans a refusé de s'exprimer.

Son ancien bras droit, Jan Marsalek est en fuite depuis des mois. De nombreuses informations de presse le présentent comme un interlocuteur de divers services de renseignement, dont ceux de la Russie.

jpl-fcz/smk/sr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4928334
    23 avril01:53

    L'a tion est cotée à 0,34 ailleurs mais bloqué à 0,60 sur boursorama, j'ai demandé au conseiller de vendre mes actions au prix du marché (validité 1 mois) mais je crains qu'il n'y est plus de transactions possibles sur bourso :/

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer