1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Scandale du Mediator : qu'est-ce qui a changé pour la sécurité du médicament ?
Le Parisien22/09/2019 à 19:54

Scandale du Mediator : qu'est-ce qui a changé pour la sécurité du médicament ?

Un scandale sanitaire comme celui du Mediator pourrait-il se reproduire aujourd'hui ? La question se pose alors que s'ouvre, ce lundi, le gigantesque procès de ce médicament des laboratoires Servier. Le Mediator, retiré du marché le 30 novembre 2009, serait responsable de centaines de décès. Il avait été massivement prescrit comme un coupe-faim, après avoir été mis sur le marché en tant qu'adjuvant au régime du diabète. L'influence du groupe Servier sur les autorités sanitaires a notamment été pointée du doigt.Ecoutez notre épisode de Code source, le podcast d'actualité du Parisien, consacré au Mediator. Plusieurs évolutions se sont produites depuis 8 ans, dans le but d'améliorer la sécurité sanitaire. On fait le point.Les liens entre médecins et industriels mieux encadrésConséquence directe de ce scandale, la législation encadrant les liens entre les médecins et l'industrie pharmaceutique a été renforcée.Xavier Bertrand, à l'époque ministre de la Santé, a fait voter en démembre 2011 une loi dite « loi Bertrand » ou « loi anti-cadeaux ». Concernant les « avantages » que les laboratoires octroient aux médecins, ceux qui sont « illicites » sont désormais interdits, tandis que ceux dits « consentis » doivent être déclarés à partir de dix euros.Dans la première catégorie, désormais proscrite, on retrouve notamment les cadeaux et les frais de bouche. Les avantages « consentis » peuvent être des rémunérations pour des conventions, par exemple.« Pour développer leurs produits, les entreprises sont amenées à nouer des relations avec des experts, des journalistes et des acteurs publics. Il faut bien entendu conserver et développer cette complémentarité, qui fait avancer la science et permet le progrès thérapeutique », lit-on sur le site transparence.gouv.fr. C'est sur ce portail en ligne, ouvert en 2014, que les avantages reçus par les médecins et les autres acteurs de la santé ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer