Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Satisfaction mesurée après la déception initiale à Florange

Reuters01/12/2012 à 21:52

SATISFACTION MESURÉE DES SYNDICATS À FLORANGE APRÈS LEUR DÉCEPTION INITIALE

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg, qui avait agité l'hypothèse d'une nationalisation du site ArcelorMittal de Florange, a subi le feu des critiques samedi au lendemain de la conclusion d'un accord pour préserver l'emploi et investir dans les installations.

Malgré cette avancée, annoncée au terme d'un bras de fer entre le gouvernement et le groupe sidérurgique, des syndicalistes ont dit leur déception et de nombreux commentateurs ont jugé que le ministre du Redressement productif avait été désavoué.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a apporté son soutien à son ministre qui, écrit-il samedi dans un communiqué, "n'a pas ménagé sa peine pour chercher toutes les solutions possibles (...), contribuant ainsi à créer un rapport de forces favorable à la conclusion de l'accord".

L'intersyndicale de Florange sera reçue par le Premier ministre en début de semaine prochaine.

"Nous avons le sentiment d'avoir été une nouvelle fois trahis", avait dit Edouard Martin, responsable CFDT, pour résumer la déception des salariés qui espéraient une nationalisation temporaire et la reprise du site mosellan par un aciériste, une piste évoquée par Arnaud Montebourg.

Ce dernier a écarté l'idée d'une démission.

"Ce n'est pas un combat personnel (...) c'est un combat pour la France", a-t-il dit sur TF1. "J'ai décidé de rester à mon poste de travail et de combat."

L'hypothèse d'une démission avait été évoquée. "Le ministre du Redressement productif peut s'interroger sur la réalité de l'intitulé de son ministère et sur la raison de sa présence au gouvernement", écrit ainsi Le Monde samedi dans un billet.

"AVEC SA FOUGUE ET SON COEUR"

Selon l'économiste Elie Cohen, "la nationalisation agitée par M. Montebourg était inappropriée parce qu'elle n'a pas servi les négociations, contrairement à ce qu'on dit".

"Le seul effet, c'est qu'on a donné des idées ailleurs, dans d'autres sites en difficulté", a-t-il déploré sur I>Télé.

Face à ces attaques, des responsables de la majorité ont défendu le ministre du Redressement productif, avant que Jean-Marc Ayrault salue explicitement son action dans son communiqué.

"Cette solution était une bonne proposition, elle a permis de faire bouger les lignes, elle reste une solution pour demain si Mittal ne respectait pas ses engagements", a dit le ministre du Travail, Michel Sapin, sur LCI.

L'hypothèse d'une nationalisation avait provoqué la colère dans les milieux patronaux, la présidente du Medef, la jugeant "scandaleuse" (), bien qu'Arnaud Montebourg ait reçu le soutien de personnalités de gauche comme de droite.

L'Elysée avait signalé que cette piste avait été évoquée lors des entretiens avec les responsables du groupe, laissant entendre que la solidarité au sein du gouvernement était préservée.

En revanche, l'annonce concernant un industriel prêt à investir jusqu'à 400 millions d'euros sur le site par Arnaud Montebourg mercredi à l'Assemblée nationale a été contestée par l'entourage du Premier ministre.

"Il n'y avait pas de repreneur crédible et ferme", a dit une source gouvernementale proche des négociations.

Samedi soir sur TF1, Arnaud Montebourg a qualifié le repreneur qu'il avait évoqué de "patriote qui s'est engagé avec ses fonds personnels".

"Le gouvernement lui doit le respect et lui rend un hommage. D'ailleurs le président de la République le recevra pour le remercier de ce qu'il s'est préparé à faire pour la France et l'acier de tous les Français", a-t-il ajouté.

Jean-Baptiste Vey, édité par Henri-Pierre André

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.