Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sassou N'Guesso appelle la justice française à la non-ingérence

Reuters08/04/2013 à 15:55

LE PRÉSIDENT CONGOLAIS RAPPELLE LE PRINCIPE DE NON-INGÉRENCE DANS LE DOSSIER DES "BIENS MAL-ACQUIS"

PARIS (Reuters) - Le président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou N'Guesso, a appelé lundi la justice française, qui enquête sur le dossier des biens présumés "mal acquis" par lui-même et sa famille, à ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures des autres pays.

Denis Sassou N'Guesso, qui s'exprimait après un entretien avec François Hollande à l'Elysée, a souhaité que "la justice en France ne se sente pas le droit de traiter des questions qui intéressent les problèmes intérieurs des autres pays".

Une enquête est ouverte en France sur l'origine des biens possédés par les dirigeants de Guinée équatoriale, du Gabon et du Congo-Brazzaville dans l'Hexagone, une procédure à l'origine de nombreuses frictions diplomatiques avec ces pays.

"Ce que nous voulons rappeler simplement, c'est le principe auquel nous avons tous souscrit au plan international, c'est la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays", a dit le président du Congo-Brazzaville à la presse.

Après son élection en mai 2012, François Hollande a promis que la justice française pourrait poursuivre son enquête de manière indépendante.

Les services de la présidence française n'ont pas fait référence à l'enquête en cours sur les "biens mal acquis".

"Il a été convenu de poursuivre le développement des relations économiques entre la France et le Congo, dans un cadre de transparence renforcé", dit l'Elysée dans un communiqué.

L'ENQUÊTE SE POURSUIT

En novembre dernier, la cour d'appel de Paris a validé la saisie de voitures de luxe appartenant au vice-président de la Guinée équatoriale Teodorin Obiang, une décision cruciale pour la poursuite de l'enquête sur les biens mal acquis, qui cherche à déterminer si les richesses des dirigeants visés ne proviennent pas du détournement des fonds de ces Etats.

Les juges français ont aussi saisi aussi un luxueux immeuble utilisé par Teodorin Obiang à Paris, des ?uvres d'art, du mobilier ancien, des vins fins et autres objets précieux d'une valeur globale estimée à plusieurs dizaines de millions d'euros. Teodorin Obiang est frappé d'un mandat d'arrêt international.

Ali Bongo (Gabon) et Denis Sassou N'Guesso possèdent respectivement à Paris, selon une enquête de police, 39 et 24 propriétés immobilières de luxe, et environ 200 comptes bancaires au total.

Sur le dossier de la République centrafricaine, les deux présidents ont critiqué la prise de pouvoir par la force du chef du Séléka, Michel Djotodia, qui s'est proclamé président après avoir pris Bangui et chassé le président François Bozizé.

"Les deux présidents ont constaté l'illégalité d'une prise de pouvoir par la force", écrit l'Elysée, appelant le pays à former un gouvernement d'union nationale.

"Le chef de l'Etat a tenu à rappeler que la présence militaire en Centrafrique est seulement destinée à renforcer la sécurité des ressortissants français", ont encore précisé les services de la présidence française.

Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.