Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sarkozy veut croire en un "mouvement de fond" en sa faveur

Reuters30/03/2012 à 01:27

NICOLAS SARKOZY VEUT CROIRE EN UN "MOUVEMENT DE FOND" EN SA FAVEUR

par Emmanuel Jarry

VESTRIC-ET-CANDIAC, Gard (Reuters) - C'est un petit bar-PMU de campagne sans autre attrait que son existence dans cette bourgade du Gard, dont les quelques clients paraissent deux fois plus âgés que le gérant en chemise blanche derrière son comptoir : le "Café de l'avenir".

"Tout un programme", glisse une sexagénaire aux cheveux courts teints en roux - une militante UMP venue d'un département voisin distribuer des tracts et "voir" son candidat à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy.

Entre un déjeuner en plein air avec des agriculteurs de l'Hérault, près de Montpellier, et un meeting à Nîmes, c'est là, à Vestric-et-Candiac, que le chef de l'Etat sortant a donné rendez-vous au président de la Confédération nationale des buralistes, Pascal Montredon, et à quelques uns de ses collaborateurs.

Nicolas Sarkozy commande un verre d'eau et un café, loue le rôle de "service public" des 28.000 buralistes de France, jure de ne pas revenir sur la TVA réduite pour la restauration s'il est réélu mais maintient qu'il continuera à augmenter le prix du tabac parce que c'est "un problème de santé publique".

En échange, il promet de faire pression sur la Française des Jeux pour augmenter les marges des buralistes sur les loteries - "Je préfère que vous gagniez de l'argent là-dessus plutôt que sur le tabac" - mais aussi de lutter contre la contrebande, qui, à deux heures de l'Espagne, pèse sur leur chiffre d'affaires.

Pas vraiment l'endroit où l'on ressent le "mouvement de fond" qu'il dit déceler derrière des sondages plus favorables à son endroit, même s'ils prédisent toujours la victoire de son adversaire socialiste, François Hollande, le 6 mai.

Le président-candidat, cependant, y croit, tout en se gardant bien de fanfaronner comme il l'avait fait il y a cinq ans presque jour pour jour, à La Réunion. En campagne pour la présidentielle de 2007, il avait alors lancé à une foule de supporters : "Cette élection, je commence à bien la sentir".

DÉCISIF

"J'ai pris cinq ans de plus et je ne fais pas les mêmes erreurs", confie-t-il à des journalistes dans le petit bar bondé. "Rien n'est décisif avant le 6 mai. Je ne suis ni optimiste ni pessimiste. J'ai toujours dit que c'était ouvert."

"Si vous voulez me dire que c'est mieux d'avoir pris dix points en cinq semaines plutôt que d'en avoir perdu dix, c'est incontestable. Mais ce n'est pas pour ça qu'on gagne."

Comme il l'a également confié cette semaine à Paris-Match, il n'en décèle pas moins une "dynamique" en sa faveur et estime qu'elle a commencé bien avant que l'affaire du tueur au scooter Mohamed Merah ne remette la sécurité au coeur de sa campagne.

"Ça se joue sur les émissions qu'on fait, sur les audiences, sur le nombre de gens dans les salles, sur la façon dont ils écoutent", dit-il. "Le sondage vient bien après. Les mouvements de fond, on les sent venir avant les sondages."

Nicolas Sarkozy ironise sur François Hollande, "un candidat excellent qui ne fait pas d'audience".

"Les gens ont l'esprit de sacrifice !" raille-t-il avant d'ajouter plus sérieusement, en s'inspirant du slogan du candidat socialiste : "Le changement c'est nous, puisque toutes les idées nouvelles viennent de nous !"

Il n'en reconnaît pas moins les avantages de sondages qui s'améliorent depuis plusieurs semaines, après un démarrage qui semblait lui promettre un désastre électoral. "Ça compte dans le sens que ça renforce l'unité d'une famille", souligne-t-il.

CAMPAGNE MAGIQUE OU DÉSASTREUSE

Le président-candidat, qui en est pratiquement à cinq meetings par semaine, lors desquels il cogne à bras raccourcis sur François Hollande et les socialistes, a promis de présenter la semaine prochaine un programme chiffré, reprenant les propositions qu'il a égrenées depuis la mi-février.

Mais il refuse de préciser quel jour et comment, pour maintenir le plus longtemps possible un effet de surprise dont il veut jouer depuis le début de sa campagne.

Raison invoquée : l'omniprésence des médias d'information continue - télévision, radio, internet. "La campagne a beaucoup changé par rapport à 2007", dit-il. "Toute idée dévoilée est une idée usée immédiatement. Une annonce faite maintenant, c'est déjà du réchauffé. Il faut intégrer cette nouveauté."

"Regardez le livre de M. Hollande : qui en parle ? Moi, on en parle et je ne l'ai pas fait !" ironise Nicolas Sarkozy, dont le projet de livre, pourtant très avancé, ne semble plus, pour le moment, d'actualité.

Mais ce que l'on retiendra surtout, ajoute-t-il, c'est sa victoire ou sa défaite : "Si je gagne, on dira que c'était une campagne magique, si je perds une campagne désastreuse."

Mais à la fin de son meeting de Nîmes, Nicolas Sarkozy écartera de nouveau les doutes.

"Vous êtes en train d'infliger un démenti extraordinaire à tous les pronostiqueurs, à tous les sondeurs, à tous les médias, à tous ceux qui nous disent 'cette élection, elle est faite'", a-t-il lancé à quelque 4.000 partisans survoltés.

Edité par Marine Pennetier


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.