1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sarkozy reproche à Hollande de refuser un double débat
Reuters20/04/2012 à 12:11

Sarkozy reproche à Hollande de refuser un double débat

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a reproché vendredi sur RTL à son adversaire socialiste, François Hollande, de rejeter sa proposition d'un double débat entre les deux tours de l'élection présidentielle.

Le chef de l'Etat, candidat à un second mandat et donné battu au second tour par les sondages, souhaite l'organisation de deux débats télévisés d'une heure et demie au lieu d'un seul, comme c'est la tradition en France.

Il propose que l'un porte sur les questions de société et économiques et l'autre sur les questions internationales.

Mais le candidat socialiste, favori des sondages, s'est prononcé jeudi sur RMC pour un seul grand débat, "qui durera le temps nécessaire" et abordera tous les sujets.

Nicolas Sarkozy a rappelé sur RTL que François Hollande avait proposé trois débats au moment des primaires socialistes qui ont abouti à sa désignation comme candidat du PS.

"Voilà que s'il est qualifié pour le deuxième tour, il n'en veut qu'un", a poursuivi le président-candidat. "Il faut plus de débats quand on est socialiste pour parler aux socialistes que pour parler aux Français ? Quelle curieuse opinion."

Nicolas Sarkozy a redit qu'il pourrait révéler entre les deux tours le nom de son futur Premier ministre s'il est réélu.

"Je n'ai pas dit que le ferai, j'ai dit que c'était une possibilité dans un souci de transparence et de clarté", a-t-il déclaré. "Je le connais, bien sûr."

"La France n'a pas droit à l'erreur, il faut que les Français aient tous les éléments pour choisir, qu'ils puissent choisir sur les projets, sur les personnes. J'irai le plus loin possible en la matière", a-t-il ajouté.

Il a également estimé qu'un gouvernement de 20 ministres "devrait être un maximum" - un engagement jamais tenu jusqu'ici sous la Ve République si l'on compte les ministres délégués et autres secrétaires d'Etat.

A l'avant-veille du premier tour, Nicolas Sarkozy a attaqué le "triumvirat" que constitueraient selon lui François Hollande, le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon et l'écologiste Eva Joly en cas de victoire du candidat socialiste.

Selon lui, ils se comporteraient de façon "sectaire" et voudraient effectuer une chasse aux sorcières s'ils arrivent au pouvoir.

"Ce triumvirat Mélenchon-Joly-Hollande (...), on a l'impression que si on n'est pas avec eux on n'aura pas beaucoup d'espérance de pouvoir trouver une place", a-t-il ajouté.

Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

17 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • q2lamrd
    20 avril17:35

    on ne peut pas débattre avec un menteur invétéré, capable en abusant du respect que l'on attribue malheureusement à sa fonction, de proférer avec la fausse conviction habituelle aux avocats plaidant une injuste cause, en regardant la caméra dans les yeux, contrevérité sur contrevérité. Du mensonge affirmé et dela désinformation, il reste toujours au moins le doute, et bien menés, la PEUR ... qui fait tjrs faire les + grosses co__nne_ries.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer