Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sarkozy nie avoir voulu vendre une centrale nucléaire à Kadhafi

Reuters17/04/2012 à 20:36

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a catégoriquement nié mardi avoir voulu vendre une centrale nucléaire à la Libye de Mouammar Kadhafi et a qualifié de mensonge des déclarations de l'ancienne patronne d'Areva, Anne Lauvergeon, à ce sujet.

Les Etats français et libyen ont pourtant bien paraphé en décembre 2007, lors d'une visite d'Etat de Mouammar Kadhafi en France, un accord de coopération dans le nucléaire civil envisageant la fourniture de réacteurs, selon un document diffusé à l'époque par la présidence française.

Le président français, candidat à un second mandat, le conteste aujourd'hui. "Il n'a jamais été question de vendre une centrale à M. Kadhafi", a-t-il déclaré sur France Inter.

"Permettez-moi de vous dire que s'il y a un chef d'Etat qui, dans le monde, n'a pas frayé avec M. Kadhafi et est responsable de son départ et de ce qui lui est arrivé, je pense peut être que c'est moi", a-t-il ajouté.

Après le début des insurrections arabes, début 2011, la France a été, à l'initiative de Nicolas Sarkozy, le fer de lance de l'intervention militaire internationale qui a aidé les insurgés libyens à renverser Mouammar Kadhafi et son régime.

Le document paraphé en décembre 2007 portait sur tout le spectre de la coopération, dont la fourniture "d'un ou plusieurs réacteurs pour le dessalement de l'eau de mer".

"Potentiellement, cela représente deux milliards d'euros de contrats minimum", précisait-on alors à l'Elysée.

Le porte-parole de la présidence française, David Martinon, faisait valoir que la Libye était "un client comme les autres". "Nous souhaitons travailler avec les Libyens", disait-il.

TRACES EFFACÉES

Cet accord faisait suite à la signature d'un "mémorandum d'entente" évoquant la réalisation de "projets de production d'énergie nucléaire et de dessalement de l'eau", lors d'une visite de Nicolas Sarkozy à Tripoli le 25 juillet 2007.

Presque toute trace de cette visite, de celle de Mouammar Kadhafi et de ces documents semble avoir disparu du site internet de la présidence française et le site officiel du candidat Sarkozy retraçant sa carrière n'en dit pas un mot.

Dans une récente interview accordée à l'Express, Anne Lauvergeon, qui dit s'être opposée "vigoureusement" à la vente d'équipements nucléaires à la Libye, assurait pour sa part qu'il en avait été question au moins jusqu'à l'été 2010, un an avant la chute de Mouammar Kadhafi.

"A l'été 2010, j'ai encore eu, à l'Elysée, une séance à ce sujet avec Claude Guéant et Henri Proglio", précisait-elle, en mentionnant le secrétaire général de l'Elysée de l'époque et le PDG d'EDF.

Commentaire de Nicolas Sarkozy sur France Inter : "C'est un mensonge éhonté."

Le chef de l'Etat s'en est de nouveau pris vivement à l'ancienne présidente du directoire d'Areva, qu'il a décidé en juin dernier de ne pas reconduire dans ses fonctions à l'issue de son mandat à la tête du groupe nucléaire français.

"Mme Lauvergeon, qui a tout fait pour rester à la tête d'Areva, tout, elle est venue me voir à d'innombrables reprises, si elle avait été en tel désaccord avec la politique que je conduisais pour le nucléaire, on se demande pourquoi elle voulait rester", a-t-il déclaré.

"Nous lui avons demandé de quitter son poste pour une raison très simple, c'est qu'elle était incapable de travailler en bonne harmonie avec EDF", a ajouté le chef de l'Etat.

Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.