Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Sarkozy manie l'ambiguïté sur l'interdiction du voile

Reuters 05/10/2016 à 16:52

INTERDIRE LE VOILE OU LE BURKINI, SARKOZY RESTE AMBIGÜE

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy, qui s'inquiète d'"une prise de contrôle de la société" française par un "islam politique", entretient l'ambiguïté sur sa volonté de bannir le voile religieux de l'espace public.

Ainsi a-t-il répété mercredi matin sur Radio Classique, comme sur Europe 1 le 26 septembre, que se conformer au "mode de vie" républicain impliquait "pas de voile, pas de burkini, pas d'horaires aménagés dans les piscines".

Le député (Les Républicains) Guillaume Larrivé, membre de l'équipe de campagne de l'ancien président, a rappelé mercredi travailler à une proposition de loi pour l'interdiction dans l'espace public du burkini, "emblème d'une idéologie contraire à la dignité des femmes", après avoir expliqué à Marianne prôner "une loi pour l'interdiction des emblèmes, insignes et uniformes manifestant ostensiblement l'adhésion à une idéologie revendiquant l'inégalité entre les femmes et les hommes".

Là encore, le flou domine.

L'entourage de Nicolas Sarkozy a déclaré mercredi à Reuters que les propos du candidat à la primaire de la droite visaient exclusivement le burkini.

A la question de savoir s'il "concoctait un projet concernant l'interdiction du voile", l'ancien président a pourtant répondu sur Radio Classique : "Exactement, oui." "On peut changer la Constitution", a-t-il ajouté.

"LA MÊME RÈGLE POUR TOUT LE MONDE"

"En France, je ne veux pas qu'il y ait des horaires pour les femmes à la piscine et des horaires pour les hommes, qu'il y ait des médecins pour les femmes et de médecins pour les hommes, qu'il y ait des femmes qui soient enfermées derrière le burkini tandis que les hommes sont en maillot de bain", a-t-il dit.

"Si nous devions l'accepter, dans dix ans, il n'y aura plus une jeune fille de la communauté maghrébine qui pourra être sans voile parce qu'à ce moment-là elle sera montrée du doigt. C'est la tyrannie des minorités, le communautarisme dont je ne veux à aucun prix", a-t-il expliqué.

Pour Nicolas Sarkozy, qui soutient les arrêtés municipaux anti-burkini et milite pour l'interdiction du voile à l'université, il y a en France "une tentative d'instrumentaliser l'islam pour une prise de contrôle de la société."

En conséquence, il souhaite "l'application de la même règle pour tout le monde : pas de voile, pas de burkini, pas d'horaires aménagés dans les piscines, l'égalité stricte des droits entre l'homme et la femme."

Il juge que Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d'Etat, juridiction qui a suspendu les arrêtés anti-burkini, "a tort" de déclarer au Figaro qu'"on ne peut affirmer que le port du burkini porte une atteinte à l'égalité hommes-femmes si radicale et manifeste qu'il doive être prohibé."

Le Front national projette dans son programme présidentiel d'élargir la loi de 2004 restreignant le port de signes religieux à l'école à l'ensemble de l'espace public. "Le voile, la grande croix, la kippa et d'autres", avait déclaré le vice-président du FN, Florian Philippot, en août dernier.

(Sophie Louet, édité par Yves CLarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.