1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sarkozy et Copé, le grand pardon
Le Parisien04/09/2014 à 09:29

Sarkozy et Copé, le grand pardon

C'est l'heure des grandes retrouvailles ? Selon nos informations, Nicolas Sarkozy s'apprête à recevoir dans les tout prochains jours une personnalité qu'il n'avait pas vue depuis des mois et avec qui il était très en froid : Jean-François Copé ! Leur dernière rencontre remonte au 23 mai, à l'avant-veille des élections européennes, peu avant la démission contrainte de Copé de la tête de l'UMP face au scandale Bygmalion. Cette affaire de surfacturations pendant la campagne de 2012 avait eu raison de leur relation, déjà compliquée.

Car malgré ses dénégations répétées, Sarkozy reste persuadé que le maire de Meaux l'a « volé », comme il dit, et qu'il était au courant des malversations avouées par Jérôme Lavrilleux, l'ex-bras droit de Copé. Ce n'est pas tout. Hier, Sarkozy a discrètement reçu un autre homme qui le défie : Alain Juppé. L'ancien Premier ministre avait surpris en annonçant le 20 août, en pleine torpeur estivale, sa candidature à la présidentielle de 2017. Ce qui avait été interprété comme une façon de prendre Sarkozy de vitesse. Bref, s'il fallait encore un signe que l'ancien locataire de l'Elysée est déterminé à reprendre les commandes de son parti, le voilà !

Avant d'annoncer sa candidature, il entend rassembler autant que possible sa famille politique, en passant outre les vieilles rancoeurs. « C'est indispensable qu'il s'engage. L'UMP, ce n'est qu'un bloc de haine », décrypte un fidèle, qui assure qu'il « tendra la main » aux « fidèles comme aux félons ». « Pour redresser le pays, il faut commencer par refonder l'opposition », appuie Brice Hortefeux. Côté calendrier, l'ancien président, qui a pris la décision de se lancer, se donne encore quelques jours pour l'annoncer. « Autour du 20 septembre, ce serait bien », précise un proche. Cette semaine, il a beaucoup reçu : Jean-Pierre Raffarin, le coleader de la Droite forte Guillaume Peltier, Hervé Mariton, ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • lemonon1
    08 septembre13:14

    sarko et sa clique sont des incapables et ils l'ont démontré de 2007 à 2012 comme hollande et la sienne donc comme l'écosse votons une France libre et indépendante!

    Signaler un abus

  • SaasFee
    04 septembre12:36

    Renseignez vous sur Denis Payre et son mouvement, Nous Citoyens... L'alternative est peut être là

    Signaler un abus

  • mlaure13
    04 septembre10:49

    On ne veut plus de Sarko...trop BlingBling...Tout le monde lui a dit, même les proches de son camp...ET IL ARRIVA CE QUI DEVAIT ARRIVER !...Le malheur pour la France, c'est qu'il y a bcp de prétendants pour la fonction suprême, mais personne pour faire honneur et qualité à cette fonction...Le système est phagocyté par des Rentiers/ politicards mafieux incompétents, et la France s'enfonce inexorablement dans les profondeurs de la médiocrité des Pays des cigales !...

    Signaler un abus

  • M4958114
    04 septembre09:24

    je ne sais qui fait sauter a nouveaux mon post a l'ump que des ripous !!

    Signaler un abus

  • mucius
    04 septembre08:45

    Sarko en 2017 et Hollande en 2022 voila le programme! L'électeur français aime les "valeurs" sûres.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer