Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Sarkozy en Russie pour rencontrer Poutine, polémique en France

Reuters29/10/2015 à 15:17

* L'ex-chef de l'Etat en Russie pour deux jours * Rencontre à la veille de la réunion sur la Syrie à Vienne * Paris et Moscou opposés sur la Syrie et l'Ukraine (Actualisé après début de l'entretien) MOSCOU/PARIS, 29 octobre (Reuters) - Nicolas Sarkozy a rencontré jeudi Vladimir Poutine en Russie, un déplacement qui suscite des critiques en France, la gauche dénonçant une forme de diplomatie parallèle à l'heure où Paris et Moscou s'opposent sur la Syrie et l'Ukraine. L'ancien chef de l'Etat, après avoir dû patienter seul devant les caméras, a été salué par son hôte par une référence au titre de "docteur" honoraire reçu le matin même à l'Institut des relations internationales de Moscou (MGIMO). "Cela fait longtemps qu'on ne s'est pas vus. Un an. Durant cette période, beaucoup d'événements se sont passés en Europe, dans le monde et dans nos relations bilatérales", a dit Vladimir Poutine, qui accueillait Nicolas Sarkozy dans sa résidence proche de Moscou. Nicolas Sarkozy, lui, a vanté leur capacité, lorsqu'il était président, à trouver une voix "commune" et a estimé qu'il fallait parvenir à "sortir de la période d'affrontement que nous traversons actuellement". Au MGIMO, plus tôt, le président des Républicains avait estimé que "La France et la Russie avaient besoin de travailler ensemble". "Dans le monde qui est le nôtre nous ne devons à aucun prix accepter une nouvelle Guerre froide", avait-il ajouté. "La Russie est indispensable au monde, sans la Russie nous ne pourrons pas relever les grands défis et les immenses crises auxquels nous sommes confrontés", avait-il encore dit, au deuxième jour de sa visite en Russie. Interrogée sur le déplacement de Nicolas Sarkozy, une source diplomatique française en a minimisé sa portée. "Ça ne pose pas de problème", a-t-elle dit. "La diplomatie française, c'est le président de la République qui la fait". Annoncée de longue date, la rencontre entre Nicolas Sarkozy et le chef du Kremlin, allié du régime de Damas, survient la veille d'une conférence internationale à Vienne consacrée à la crise syrienne qui a fait plus de 250.000 morts depuis 2011. "HALLUCINANT" Moscou et Paris, adepte d'une ligne ferme face à Bachar al Assad, s'opposent notamment sur la question de l'avenir du président syrien dans le pays. La France, tout comme les Etats-Unis, accuse également la Russie de concentrer ses frappes militaires en Syrie sur les groupes d'opposants modérés et non sur les bases de l'Etat islamique. "Je ne crois pas que ce soit le rôle d'un ancien président de la République de parasiter la diplomatie de la France", a déclaré jeudi le secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Thierry Mandon sur France 2. "Ce n'est pas un candidat en campagne, c'est plus que cela, c'est un ancien président de la République, donc il doit savoir que la diplomatie c'est très compliqué, il est un peu comme un chien dans un jeu de quilles dans cette affaire", a-t-il ajouté. Prié de dire s'il pensait que c'était une erreur, il a répondu : "oui, je crois qu'il aurait pu s'abstenir". Un avis partagé par François Michel-Lambert, député écologiste des Bouches-du-Rhône et vice-président du groupe d'amitié France-Russie à l'Assemblée nationale, qui se dit quant à lui "atterré" et "dénonce" une diplomatie parallèle. "Cette diplomatie parallèle est néfaste pour tous", indique-t-il dans Le Figaro. "Je suis très triste que l'ancien chef de l'Etat n'ait pas le sens de l'Etat, c'est hallucinant". A droite, la question divise les candidats à la primaire des Républicains. L'ex-Premier ministre Alain Juppé a récemment mis en garde contre un "accès de russophilie aiguë". "Il y a des moments où il faut savoir dire 'stop on n'est pas d'accord'", a-t-il dit début octobre. A l'inverse, l'ex-ministre et député Xavier Bertrand estime qu'il est temps "d'arrêter la guerre" avec la Russie. "Plutôt que de faire une guerre froide avec la Russie comme on l'a fait depuis maintenant des mois et des mois avec les conséquences que l'on sait (...), il faut qu'on arrête d'être en guerre avec la Russie", a-t-il dit sur iTELE. Prié de dire si la France ne devait pas parler d'une voix, il a répondu : "Il y a un président de la République, il y a un ministre des Affaires étrangères, très bien, mais il n'est pas interdit aujourd'hui d'avoir des échanges avec des représentants internationaux, non ce n'est vraiment pas un drame". (Marine Pennetier, avec Denis Diomkine à Novo Ogariovo, Russie, et Elizabeth Pineau et Grégory Blachier à Paris, édité Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.