Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

AIR FRANCE - KLM

7.1940EUR
+2.68% 
Ouverture théorique 7.1940
indice de référence SBF 120

FR0000031122 AF

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    7.0680

  • clôture veille

    7.0060

  • + haut

    7.2200

  • + bas

    6.9600

  • volume

    6 207 511

  • valorisation

    3 084 MEUR

  • capital échangé

    1.45%

  • dernier échange

    18.06.18 / 17:38:38

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    6.4760

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    7.9120

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur AIR FRANCE - KLM

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter AIR FRANCE - KLM à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter AIR FRANCE - KLM à mes listes

    Fermer

Sarkozy détaille son projet de "contre-choc" fiscal

Reuters03/02/2016 à 22:10
    PARIS, 3 février (Reuters) - Nicolas Sarkozy entend faire 
voter dès l'été 2017, s'il revient à l'Elysée, un programme de 
baisses d'impôts et de charges sociales d'"au moins 25 milliards 
d'euros" pour relancer l'économie française. 
    Dans une interview à paraître jeudi dans Les Echos, l'ancien 
chef de l'Etat détaille le "contre-choc fiscal" qu'il a déjà 
évoqué et qui est "indispensable" selon lui pour remédier à la 
"gravité du décrochage de la France". 
    Il prendrait la forme d'une baisse de 10% de l'impôt sur le 
revenu et d'une suppression de l'impôt de solidarité sur la 
fortune pour les ménages. 
    Pour les entreprises, Nicolas Sarkozy veut transformer le 
Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en 
véritable baisse de charges et aller plus loin en réduisant 
encore le coût du travail de 13 milliards d'euros. Il évoque 
notamment le passage à "zéro charges" au niveau du smic, des 
mesures pour faciliter la sortie des 35 heures et une baisse des 
charges pesant sur les emplois à domicile. 
    "Au total, transformation du CICE comprise, ce sera une 
baisse de charges sociales de 30 milliards d'euros", dit-il. "Ce 
contre-choc fiscal de l'été 2017 serait, au global, un geste 
fort pour les classes moyennes, pour l'emploi et la 
compétitivité de la France." 
    A la question de savoir si ces mesures ne risquent pas de 
creuser les déficits, il répond qu'il faudra voter simultanément 
des économies tout en reconnaissant que l'effet de celles-ci ne 
sera pas immédiat. 
    L'objectif est de "se rapprocher le plus possible" de la 
moyenne européenne en termes de dépenses publiques - soit autour 
de 50% du PIB contre 57% actuellement - et cela nécessitera "un 
effort de 100 milliards de réduction de dépenses sur le 
quinquennat". 
    "Pour cela, il faudra voter simultanément des mesures 
concernant les dépenses de l'Etat, des collectivités 
territoriales et des régimes sociaux, notamment de retraite et 
d'assurance-maladie", explique le président des Républicains. 
    Cela passera par le rétablissement du non-remplacement d'un 
fonctionnaire sur deux partant à la retraite, y compris dans les 
collectivités locales, une dégressivité des allocations chômage, 
une baisse du taux de remboursement de l'assurance maladie et un 
relèvement de l'âge légal de départ à la retraite à 63 ans dès 
2020 et 64 ans dès 2025.  
    Nicolas Sarkozy se déclare en outre favorable à une reprise 
du programme de privatisations, dont les recettes seraient 
affectées à la réduction de la dette publique. 
    "Je ne suis pas sûr que la présence de l'Etat au niveau 
actuel dans le capital d'Air France, de Renault, d'EDF ou de La 
Poste se justifie toujours. Faire évoluer les pourcentages de 
détention est nécessaire", dit-il. 
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Henri-Pierre André) 
 

Valeurs associées

+2.68%
EDF
-2.80%
-1.16%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.