Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sarkozy demande aux syndicats de "poser" le drapeau rouge

Reuters01/05/2012 à 21:21

Sarkozy demande aux syndicats de "poser" le drapeau rouge

par Yann Le Guernigou et Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - A cinq jours du second tour de l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a réussi mardi son pari de mobiliser ses troupes pour un 1er-Mai inédit et revendiqué l'héritage du général de Gaulle pour prôner un nouveau modèle social.

Le beau temps aidant, au moins 100.000 personnes, 200.000 selon le président-candidat, avaient envahi la place du Trocadéro face à la tour Eiffel pour ce rassemblement en forme de défi lancé à la gauche et aux syndicats, qui défilaient au même moment sur l'autre rive de la Seine.

Après des semaines d'escarmouches avec les syndicats, Nicolas Sarkozy, face à une marée de drapeaux tricolores, les a exhortés à abandonner la "vieille lune de la lutte des classes" : "Posez le drapeau rouge et servez la France!"

"Votre rôle n'est pas de faire de la politique, de défendre une idéologie, votre rôle est de défendre les salariés et le travail", a-t-il ajouté.

Dans un discours d'une demi-heure, qui portait la marque de son conseiller Henri Guaino, il a invoqué à plusieurs reprises le général de Gaulle et sa conception de la politique sociale pour stigmatiser les "insulteurs" qui lui ont dénié "le droit de parler aux Français le 1er mai".

"Nous nous considérons comme acteurs du progrès social autant que vous et sans doute même davantage", a-t-il lancé à l'adresse de l'opposition socialiste, qu'il a accusée d'avoir "appauvri les travailleurs en prétendant les protéger" avec la semaine de 35 heures et la retraite à 60 ans.

Il a réaffirmé que la question du travail était "centrale" dans son projet et dit vouloir se battre pour un "nouveau modèle social où les syndicats, au lieu d'être une force de conservation, seront une force de transformation sociale (...) où chacun prendra sa responsabilité et où enfin on se fera confiance."

SOUPLESSE NEGOCIÉE

Avec ce modèle, qu'il entend mettre en place via les accords de compétitivité-emploi modulant salaires et durée du travail en fonction de l'activité, "la négociation collective descendra jusque dans l'entreprise".

Il sera "possible avec l'accord de tous de déroger aux règles générales quand le carnet de commandes l'exigera", a-t-il expliqué. "Parler de souplesse ne sera plus un crime (...) Une souplesse négociée permettra d'éviter bien des drames."

Son discours a été interrompu à plusieurs reprises par des acclamations et le slogan "Hollande en Corrèze, Sarkozy à l'Elysée" repris par une foule peu habituée à manifester le 1er mai et venue plus pour soutenir son champion donné battu dans les sondages que pour entendre parler du travail.

"Sarko on t'aime, Sarko on t'adore. Reste à l'Elysée, on t'aimera plus fort", scandaient des jeunes venus en nombre, en attendant les premier orateurs.

Les centristes Jean-Christophe Lagarde et François Zocchetto - qui a voté François Bayrou au premier tour -, ont eu les honneurs de la tribune dans un geste à l'adresse des électeurs du président du MoDem.

S'il a invoqué une nouvelle fois les racines chrétiennes de la France, Nicolas Sarkozy n'a évoqué qu'en passant des thèmes comme l'immigration, la protection des frontières et la lutte contre l'assistanat sur lesquels il revient largement à chacune de ses interventions et qui sont considérés comme autant de signes en direction de l'électorat du Front national.

Et il a conclu par une nouvelle référence historique en proposant de "refonder la République du mérite, celle de Jules Ferry et du général de Gaulle", avant de lancer :

"Il reste trois jours! Trois jours pour expliquer! Trois jours pour convaincre! Trois jours pour entraîner! Trois jours pour que chacun comprenne que dimanche il ne votera pas pour un candidat mais pour lui-même, pour son avenir et pour celui de ses enfants! Trois jours pour gagner!".

Edité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.