Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sarkozy déclare l'Etat responsable dans l'abandon des harkis

Reuters14/04/2012 à 22:17

NICOLAS SARKOZY DÉCLARE L'ÉTAT RESPONSABLE DANS L'ABANDON DES HARKIS

par Jean Décotte

PERPIGNAN (Reuters) - Nicolas Sarkozy a officiellement reconnu samedi la responsabilité du gouvernement français dans "l'abandon" des harkis après la fin de la guerre d'Algérie en 1962.

Cinquante ans après les accords d'Evian qui ont mis un terme au conflit, le président de la République, candidat à sa réélection, a également proposé la construction d'un monument national à Paris qui leur serait dédié.

Lors de la campagne de 2007, le futur chef de l'Etat avait promis que, s'il était élu, il reconnaîtrait "officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des harkis, afin que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois".

À la fin des hostilités en Algérie, la France a abandonné les quelque 200.000 harkis, supplétifs musulmans de l'armée, qui ont été victimes de représailles. La France en a finalement accepté 40.000 sur son territoire, dans des camps d'urgence surveillés par les forces de l'ordre.

"La France se devait de protéger les harkis de l'Histoire. Elle ne l'a pas fait. Elle porte désormais cette responsabilité devant l'Histoire", a déclaré samedi le chef de l'Etat au cours d'un discours prononcé à la préfecture de Perpignan devant des harkis et descendants de harkis.

"C'est cette responsabilité que je suis venu reconnaître ici, à Perpignan, au nom de la République française", a-t-il ajouté.

Des associations de harkis ont salué cette annonce, évoquant un "grand soulagement".

"Aujourd'hui pour nous c'est un symbole fort", a réagi Dalila Naceri, présidente de l'association Femmes et filles de harkis. "Ça signifie enfin la reconnaissance que la France a fait des choses pas très sympathiques. C'était une question d'honneur, c'était important dans nos consciences, pour que les harkis puissent partir dans la dignité."

SIGNAL VERS L'ÉLECTORAT HARKI

Début mars, Nicolas Sarkozy avait déclaré que la France avait une "dette" vis-à-vis des harkis, sans aller jusqu'à annoncer les excuses et réparations promises il y a cinq ans.

Accompagné notamment de la secrétaire d'Etat à la Jeunesse Jeannette Bougrab, fille de harki, Nicolas Sarkozy a visité samedi un des camps d'urgence ayant accueilli des rapatriés d'Algérie, situé à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), où il s'est recueilli et a déposé une gerbe.

Se rendant ensuite à la préfecture, le président a remis les insignes de grand officier de la Légion d'Honneur au général François Meyer au nom de son engagement pour le rapatriement et l'intégration des harkis.

Dans son discours, il a insisté sur la responsabilité des autorités françaises dans le sort des harkis, évoquant une directive du gouvernement de l'époque qui condamnait leur rapatriement et réclamait des sanctions contre les officiers de l'armée qui, à l'image de François Meyer, organisaient ces transferts vers la Métropole.

"Cette note (...) marque malheureusement sans aucune contestation possible la responsabilité du gouvernement français dans l'abandon d'une partie des harkis", a-t-il fait valoir.

A huit jours du premier tour de la présidentielle, le président-candidat fait ainsi un signal à l'intention d'un électorat traditionnellement acquis à la droite.

"Je m'en moque que ce soit pour les élections. L'essentiel est que cela soit fait", estime Dalila Naceri, qui reconnaît toutefois que "la communauté harki vote généralement à droite" et que ceux de ses membres qui étaient "résignés à ne pas aller voter" pourraient changer d'avis.

Une journée nationale d'hommage, instaurée en 2001 par Jacques Chirac, commémore officiellement le souvenir des harkis tous les 25 septembre.

En 1995, l'ancien chef de l'Etat avait reconnu la responsabilité de l'Etat français dans la rafle du Vel' d'Hiv' en 1942 à Paris, où plus de 13.000 juifs avaient été arrêtés par les forces de l'ordre françaises et déportés vers les camps d'extermination allemands.

Edité par Jean-Stéphane Brosse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.