Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Sapin hostile à la prise en compte des oeuvres d'art dans l'ISF

Reuters14/10/2014 à 14:32

* Sapin ne croit pas à un "49-3" sur le budget * Le gouvernement contre les remboursements accélérés de TVA * Une compensation de l'écotaxe ne peut attendre PARIS, 14 octobre (Reuters) - Michel Sapin ferme la porte à une accélération des remboursements de TVA aux collectivités locales qui investissent et indique que le gouvernement reste hostile à l'intégration des oeuvres d'art dans le périmètre de l'impôt sur la fortune (ISF). Dans une interview publiée mardi par les Echos, à quelques heures du début de l'examen du projet de loi de finances (PLF) 2015 par les députés, le ministre des Finances déclare en outre que la suspension de l'écotaxe annoncée en fin de semaine passée devra être compensée "sans attendre". Malgré la grogne des "frondeurs" du Parti socialiste et les menaces du Parti radical de gauche, Michel Sapin dit n'avoir "aucune inquiétude sur l'issue du vote" du budget, qui prévoit un effort de 7,7 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat, les collectivités locales étant pour leur part mises à contribution à hauteur de 3,7 milliards. La question du "49-3", qui obligerait les opposants au projet de loi de finances à déposer une motion de censure pour empêcher son adoption, "ne se pose pas", assure-t-il. L'essentiel des critiques de l'aile gauche de la majorité porte sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) qui entérine les baisses de charges sur les entreprises déjà votées dans le cadre du pacte de responsabilité. Le PLFSS prévoit d'autre part 9,6 milliards d'euros de dépenses en moins pour la protection sociale que le gouvernement n'a que partiellement explicitées jusqu'ici. Selon Michel Sapin, "ces économies seront détaillées au cours de l'examen parlementaire" du PLFSS. S'agissant du PLF, il se déclare opposé à la proposition de certains députés visant à avancer les remboursements de TVA aux collectivités locales sur leurs investissements, afin de favoriser ceux-ci. RÉDUIRE LES DÉPENSES "Il faut que les collectivités réduisent leurs dépenses de fonctionnement et non leurs investissements", dit le ministre. "Tout ce qui permettra que leurs ressources soient affectées à l'investissement sera donc regardé avec intérêt. Mais il n'est pas question que cela augmente les dépenses de l'Etat et donc le déficit", ajoute-t-il en soulignant que la mesure envisagée se chiffrerait "en milliards d'euros". S'agissant de la suspension de l'écotaxe, le ministre du Budget évoque un manque à gagner de 250 millions d'euros pour le financement des infrastructures de transport en 2015, en tenant compte de la hausse prévue de deux centimes du litre de gazole. "Le financement des infrastructures est en jeu, de nombreux projets étant prêts à être lancés. Je ne doute pas que nous trouverons un dispositif de substitution", dit-il encore Il a indiqué que le gouvernement était, sur la question, ouvert aux propositions, certains élus, notamment écologistes, ayant déjà suggéré que les poids lourds ne soient pas exonérés, comme c'est prévu, de la hausse du diesel. Mais cette compensation devra être votée dans le débat parlementaire, sans attendre une solution qui pourrait reposer sur une contribution des sociétés d'autoroutes dans la mesure ou elle doit être opérationnelle dès 2015, fait valoir Michel Sapin. Interrogé sur le vote, par la commission des Finances de l'Assemblée d'un amendement intégrant les oeuvres d'art dans l'ISF, il a répondu : "Cet amendement est préparé tous les ans et, tous les ans, il est au bout du compte rejeté ! Le gouvernement n'y est pas favorable : le marché de l'art repose sur des équilibres fragiles, il ne faut pas les remettre en cause." (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.