1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sanctions américaines : les mois d'errance d'un tanker transportant du pétrole iranien
Le Parisien16/05/2019 à 12:28

Sanctions américaines : les mois d'errance d'un tanker transportant du pétrole iranien

Un tanker transportant un dérivé de pétrole iranien a déchargé, en violation des sanctions américaines, sa cargaison en Chine, selon Reuters. Des sources anonymes au sein du terminal de stockage Jinrun, sur l'île de Liuheng, proche de Shanghai, ont confirmé à l'agence de presse les informations divulguées par les données satellitaires de suivi des navires Refinitiv Eikon, dont Reuters est actionnaire. Officiellement, Herun, la firme qui exploite le terminal de Jinrun, a démenti, affirmant n'avoir pas reçu de pétrole iranien depuis au moins quatre ans.Le Marshal-Z errait depuis plus de trois mois, sa coque remplie de 130 000 tonnes de mazout, un dérivé du pétrole utilisé pour alimenter les moteurs des cargos et porte-conteneurs et brûlé pour fabriquer de la chaleur.Le mazout n'était d'abord pas couvert par les sanctions américaines réintroduites en novembre pour punir Téhéran. Mais il y a deux semaines, l'administration Trump a annulé les dérogations qui permettaient aux gros acheteurs de pétrole, dont la Chine, de se fournir en Iran.Bien avant ce serrement de vis, d'importants efforts semblent avoir été déployés pour cacher la provenance de la cargaison. Son périple commence en janvier quand le Marshal-Z la récupère dans les cuves d'un gros pétrolier au large des côtes des Émirats Arabes Unis en janvier. Puis elle est transférée à un deuxième pétrolier, le Libye, au large du port malaisien de Malacca plus tard dans le même mois. Le 22 mars, le Libye rend les 130 000 tonnes de mazout au Marshal-Z, qui jette l'ancre au large des côtes malaisiennes et singapouriennes. Il s'attarde en avril, probablement du fait de la méfiance des acheteurs potentiels. Puis prend la direction de Hongkong et enfin l'île de Liuheng. Du 22 mars à son arrivée au terminal à Liuheng le 8 mai, le navire a maintenu un tirant d'eau constant de 15,9 m, preuve que la cargaison était toujours à bord. Le 12 mai en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aremon05
    16 mai13:25

    Il y aura toujours des acheteurs pour le pétrôle, et les chinois ne seront pas les derniers..

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer