1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Salon de l'agriculture : petit guide à l'usage des politiques
Le Parisien22/02/2019 à 08:22

Salon de l'agriculture : petit guide à l'usage des politiques

Un marathon qu'il ne faut surtout pas effectuer au pas de course, surtout à trois mois des élections européennes. Dès dimanche, le trio tête de liste LR arpentera les allées du Salon de l'agriculture. Les bons conseils ? Écouter les agriculteurs mais ne pas « se la jouer rural ». Goûter les terroirs de France tout en dosant son effort. Le salon international de l'agriculture (SIA) de Paris, qui ouvre ce samedi, est un passage obligé pour nombre de femmes et d'hommes politiques. Mais on n'en ressort pas toujours indemne.Règle n° 1 : sincérité, authenticité. « Quand on discute avec les agriculteurs, il faut que ça sonne juste. Surtout ne pas jouer aux ruraux, ça ne passe pas », prévient le député de Seine-et-Marne Christian Jacob, ancien agriculteur. Lui y a accompagné Jacques Chirac, star du salon pendant près de 20 ans. À éviter, le classique : « Mes grands-parents avaient une ferme. » Par ailleurs, si les politiques décident d'y mouiller le maillot des heures durant, ne pas avoir peur de tacher sa chemise. « Les politiques qui ont peur de se faire une tache sur le costume, ça agace les agriculteurs », prévient Jacob. Spécialiste des questions agricoles, l'eurodéputé PS Éric Andrieu s'amuse de « la caricature des présidents qui prennent une photo avec un agneau dans les bras [...] parce que c'est mignon », mais qui tout de suite après « changent de veste pour rester propres ». Un classique.Règle n° 2 : écouter, travailler, couper Twitter. « Certains y vont juste pour serrer des mains et taper sur le cul des vaches », moque le sénateur macroniste François Patriat, ancien vétérinaire. Lui sera samedi au salon avec Emmanuel Macron, qui va « aller prendre le pouls de chaque filière », avec « vingt minutes par interlocuteur ». L'an dernier, le président y avait passé plus de 12 heures. « Il faut de l'empathie et de l'écoute », poursuit l'ex-socialiste, et « connaître ses dossiers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • lorifer
    22 février11:37

    Lui aussi va essayer de faire croire qu'il est rural il est même capable d'y aller en bottes, mais son naturel ne le quitte pas, on voit dans ses gestes ,ses paroles que tout est de circonstances, tout sonne faux, on ne s'improvise pas rural et encore moins agriculteur.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer