Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

S&P dégrade la note de la France, Hollande garde son cap

Reuters08/11/2013 à 21:06

LA NOTE SOUVERAINE DE LA FRANCE DÉGRADÉE PAR S&P

PARIS (Reuters) - François Hollande s'est dit déterminé à faire autant d'économies budgétaires que possible sans mettre en cause les services publics et le modèle social français après l'annonce vendredi d'une baisse d'un cran de la note souveraine de la France par Standard & Poor's.

L'agence de notation, qui avait été la première à priver la France de son triple A en janvier 2012, a abaissé sa note à long terme de AA+ à AA.

Elle estime les réformes engagées par l'exécutif insuffisantes pour améliorer le potentiel de croissance et consolider le redressement des finances publiques, un jugement que conteste par l'exécutif.

La politique économique du gouvernement est la seule qui puisse assurer la crédibilité dont jouit la France sur les marchés financiers tout en assurant la cohésion nationale et sociale, a déclaré le chef de l'Etat lors d'une allocution à la Banque mondiale à Paris, sans toutefois se référer explicitement à la décision de S&P.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, avait auparavant regretté la décision de S&P tout en déplorant des jugements "critiques et inexacts".

Soulignant que la signature de la France est "bonne" et qu'elle "n'avait jamais emprunté à des taux si bas", le Premier ministre a lui aussi déploré les jugements de l'agence sur les réformes engagées par le gouvernement.

"Je trouve que les jugements portés sur les réformes ne sont pas exacts et qu'ils sont exagérément critiques", a déclaré Jean-Marc Ayrault au micro de France Bleue Provence.

LES RÉFORMES MINÉES PAR LE CHÔMAGE

"Nous estimons que les réformes engagées dans les domaines de la fiscalité, du secteur des biens et services et du marché du travail n'amélioreront pas sensiblement les perspectives de croissance de la France à moyen terme", a expliqué S&P dans un communiqué.

Elle s'inquiète de la persistance d'un chômage élevé qui, selon elle, "affaiblit le soutien populaire en faveur de nouvelles mesures d'envergure en matière de politique budgétaire et de réformes structurelles".

Et S&P d'ajouter que "la faible croissance économique limite la capacité du gouvernement à consolider le redressement des finances publiques".

L'agence a toutefois assorti la nouvelle note d'une perspective stable, reflétant la volonté du gouvernement à tenir la dette publique dont elle s'attend à ce qu'elle culmine à 86% du produit intérieur brut (PIB) en termes nets en 2015.

Cette perspective stable implique que la probabilité d'un nouveau changement de la note de la France - relèvement ou abaissement - est inférieure au tiers dans les deux ans, précise S&P.

"Le gouvernement a mis en oeuvre au cours des dix-huit mois écoulés des réformes d'envergure pour redresser l'économie du pays, ses finances publiques, et sa compétitivité, grâce à une méthode fondée sur l'écoute et le dialogue", a souligné quant à lui Pierre Moscovici dans un communiqué.

Pour Philippe Waechter, chef économiste chez Natixis Asset Management, "le gouvernement considère que la crise est cyclique, alors que S&P y voit des problèmes structurels, et juge insuffisantes les mesures prises jusqu'à maintenant".

"Je ne crois pas qu'il y aura un impact dramatique sur la dette française à court terme, car S&P n'est pas alarmiste et la perspective est stable", ajoute-t-il.

Le rendement des titres de dette française, qui reflète les taux auxquels le pays emprunte, est resté proche vendredi de 2,2% sur une échéance de 10 ans, dans un environnement de liquidités toujours très abondantes.

PARIS DÉTERMINÉ À TENIR LES DÉFICITS

Pierre Moscovici a réaffirmé la détermination du gouvernement "à poursuivre le chemin engagé dans le sens de la réduction des déficits publics, du rétablissement de la compétitivité et du soutien à la croissance et l'emploi".

La France a relevé sa prévision de déficit public pour l'an prochain à 3,6% du PIB pour tenir compte d'un exercice 2013 nettement moins bon que prévu sur le plan budgétaire du fait de prévisions de recettes fiscales optimistes et de coûts imprévus. Cette année, le déficit s'élèverait à 4,1% du PIB, après 4,8% du PIB fin 2012.

La semaine prochaine, la Commission européenne donnera son avis sur le budget français comme sur ceux des 12 autres pays de la zone euro qui ne bénéficient pas de plan de sauvetage.

Elle n'a pour l'instant pas retenu les assurances non documentées par Paris sur le redressement des comptes publics en 2015, pour s'en tenir à une projection à politique inchangée qui voit le déficit public à 3,7% du PIB, loin de l'objectif de 3% fixé à cette date.

L'annonce de la dégradation par S&P est intervenue sur fond de publication d'indicateurs négatif pour l'économie française qui font redouter à certains économistes une contraction de l'activité au troisième trimestre après l'embellie du printemps. ()

Les données sur l'évolution du PIB pour la période de juillet à septembre seront publiées le 14 novembre.

Après la dégradation par S&P, la dette à long terme de la France demeure notée Aa1 par l'agence Moody's qui l'avait privée de son triple A en novembre 2012 et qui a assorti sa nouvelle évaluation d'une perspective négative.

Fitch Ratings a elle aussi abaissé d'un cran la note souveraine de la France en juillet 2013 pour la ramener de AAA à AA+, accompagnée d'une perspective stable.

Marc Joanny avec service France, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.