1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Rythmes scolaires : la folle semaine des écoliers "réformés"
Le Point08/11/2013 à 17:04

La semaine prochaine, Ubu s'invite dans les écoles passées à la semaine de 4,5 jours. Ubu ou plutôt les Shadoks, dont, rappelons-le, la devise était "Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?". Motif ? Entre les jours fériés, les grèves et le rattrapage d'heures de cours supprimés, la semaine du 11 novembre sera particulièrement agitée.

Voyons cela de plus près. Lundi 11 novembre est donc un jour chômé. Mardi 12, grève du périscolaire : il y a donc cours jusqu'à 11 h 30 et de 13 h 30 à 15 heures, mais autour de ces horaires, "l'accueil risque d'être fortement perturbé". Mercredi, en revanche, exceptionnellement, cours toute la journée ! Il faut bien rattraper les deux journées de vacances ajoutées à la Toussaint depuis l'année dernière... Jeudi, c'est au tour des enseignants de faire grève : les écoles sont tout bonnement fermées, ce qui s'avère in fine, avouons-le, plus clair. Vendredi sera un jour normal, version "nouvelle formule" : cours jusqu'à 15 heures, donc, puis "TAP". Les parents massivement solidaires

Reconnaissons-le : dans le cafouillis général, ces annonces ont été soigneusement expliquées. Les professeurs ont mis leurs talents pédagogiques au service des familles, les Asem (agents spécialisés des écoles maternelles) ont expliqué leurs revendications et les directeurs ont redoublé d'efforts - et de patience - pour tenter de remédier aux impératifs des uns et aux suppliques des autres. À...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer