Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Rwanda: Juppé convient que la France n'a "pas accompli assez"
AFP07/04/2021 à 17:22

Alain Juppé le 30 septembre 2019 à Paris ( AFP / ERIC FEFERBERG )

Alain Juppé le 30 septembre 2019 à Paris ( AFP / ERIC FEFERBERG )

Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1995, a convenu mercredi que la France n'avait "pas accompli assez" face au génocide au Rwanda en 1994, et n'avait pas compris qu'un tel massacre "ne pouvait supporter des demi-mesures".

Revenant dans une longue tribune au Monde sur le rapport d'historiens publié fin mars, M. Juppé a dit prendre conscience "à sa lecture que, si nous avons agi, nous n'avons pas accompli assez".

"Surtout, nous n'avons pas compris qu'un génocide ne pouvait supporter des demi-mesures", a insisté celui qui fut le chef de la diplomatie du président socialiste François Mitterrand, au sein du gouvernement de cohabitation dirigé par Edouard Balladur.

Sa tribune a été publiée à l'occasion du 27e anniversaire du génocide, où plus de 800.000 personnes, essentiellement tutsi, furent exterminées dans des conditions atroces entre avril et juillet 1994. 

Le rapport Duclert, remis le 26 mars à Emmanuel Macron, pointe selon les mots de M. Juppé les "nombreuses défaillances, erreurs et fautes des autorités françaises depuis 1990", jusqu'au génocide.

Les travaux ont été salués mercredi par le président rwandais Paul Kagame, au moment où Paris ouvre d'importantes archives sur le sujet.

"Face à l'horreur génocidaire, l'extermination des enfants, des femmes et des hommes pour la seule raison qu'ils étaient nés tutsi, tout aurait dû être tenté pour les sauver. Pendant près de trente ans, nous avons porté, j'ai porté cette blessure de n'avoir pas réussi à empêcher cette terreur", a encore souligné M. Juppé dans sa tribune.

Evoquant un "acte de lâcheté internationale", M. Juppé explique que la France n'avait pas pris immédiatement à conscience à l'époque "qu'un génocide submergeait le Rwanda". 

"Nous n'avons pas imaginé que nos forces déployées pour assurer la protection de nos ressortissants, peu nombreuses au demeurant, auraient pu, à condition d'avoir le soutien des parachutistes belges, des commandos italiens, des marines américains présents au Burundi, tous associés aux casques bleus, s'opposer aux tueurs, protéger les victimes", poursuit celui qui fut le premier, en mai 1994, à employer le terme de génocide pour décrire l'extermination des Tutsi. 

"Aucun autre acteur de la scène internationale n'a levé le petit doigt, ni l'ONU, ni l'Organisation de l'unité africaine, ni nos partenaires européens, ni les pays africains de la région, ni les Etats-Unis que nous n'avons eu de cesse de mobiliser", regrette encore M. Juppé, en déplorant "la terrible solitude de la diplomatie française" à l'époque.

jmt/jk/dch   

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M6699704
    08 avril08:25

    Est il si difficile que cela pour certains de regarder la vérité en face ? Comment peut on croire "au récit national" si les faits dérangeants sont dissimulés ou simplement tus ? France, patrie des droits de l'homme, qui laisse faire un génocide alors même que ses troupes sont sur place, est un fait dérangeant mais hélas désormais avéré ...et il faut le voir, l'entendre pour pouvoir comprendre les raisons de cette infamie et surtout éviter que cela ne se reproduise.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer