1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Russie : après l'annulation du transfert d'un joueur noir, le club se défend de racisme
Le Parisien21/07/2018 à 23:29

Russie : après l'annulation du transfert d'un joueur noir, le club se défend de racisme

Moins d'une semaine après la fin de la Coupe du monde, retour à la réalité en Russie. Grand habitué des cris de singe dans ses stades, le pays doit à nouveau faire face à une polémique sur fond de racisme : en troisième division, le club du Torpedo Moscou a annulé le contrat, fraîchement signé, d'un joueur noir après qu'une partie de ses ultras se sont plaint de cette arrivée. Le club, qui a réagi dans un communiqué sur son site internet, se défend de toute décision raciste.« Le noir est peut-être l'une de nos couleurs, mais... »Retour en arrière : le 13 juillet, le club au maillot noir et blanc annonce fièrement l'arrivée d'Erving Joe Botaka-Ioboma, footballeur russe d'origine congolaise - il est né à Pouchkino, à une trentaine de kilomètres de Moscou. Formé au Torpedo, il signe un contrat d'un an.Deux jours plus tard, sur le réseau social russe VKontakte, les WEST-5, un groupe d'ultras du club, exprime publiquement son opposition à ce transfert. Dans un premier post, retiré depuis de la page du groupe mais dont des captures d'écran circulent sur les réseaux sociaux, ils déclarent : « Le noir est peut-être l'une de nos couleurs, mais nous ne voulons que des blancs dans nos rangs. »Dans un autre post, toujours visible sur leur page, le groupe menace même ouvertement la direction du club : « Chers dirigeants, puisque vous considérez qu'il est permis de venir chez nous, dans notre famille, et de ne pas respecter nos traditions et nos règles, alors nous nous réservons le même droit ! Nous verrons qui le regrettera. » "We have black in our colours, but only white in the line-up," reads the Torpedo ultras' status 2 days ago. The club's nickname is Black-and-Whites. pic.twitter.com/A6p58K0KlN-- Artur Petrosyan (@arturpetrosyan) 17 juillet 2018Devant l'ampleur prise par la polémique, le groupe d'ultras a cherché à éteindre l'incendie en expliquant que s'il s'opposait à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer