Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RPT - Une transparence modérée de la vie publique en débat

Reuters17/06/2013 à 20:14

UNE TRANSPARENCE MODÉRÉE DE LA VIE PUBLIQUE EN DÉBAT

Répétition du titre

PARIS (Reuters) - Les députés français ont engagé lundi l'examen de deux projets de loi présentés dans la foulée de l'affaire Jérôme Cahuzac pour assurer la transparence de la vie politique, mais les élus ont d'ores et déjà exclu de publier leur patrimoine.

Ces deux textes, que complètent ceux sur la lutte contre la fraude fiscale qui seront examinés à partir de mercredi, ont fait l'objet d'âpres débats entre le gouvernement et le groupe socialiste, qui a réussi à modérer les ambitions initiales.

Le gouvernement voulait frapper les esprits après la démission de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui a admis détenir un compte clandestin à l'étranger depuis 20 ans.

Mais la commission des Lois a adopté toute une série d'amendements de son président, Jean-Jacques Urvoas (PS), notamment en ce qui concerne le patrimoine des parlementaires et des responsables des exécutifs locaux.

Contrairement à l'obligation qui est désormais imposée aux ministres et à ce que souhaitait le gouvernement, les déclarations de patrimoine des élus ne seront pas publiées, mais simplement consultables en préfecture.

Toute publication totale ou partielle d'une déclaration sera passible d'un an de prison et d'une amende de 45.000 euros pour éviter ce que la plupart des élus qualifient de "voyeurisme".

Le groupe PS a finalement renoncé à plafonner, comme il en avait l'intention dans un premier temps, les revenus d'une activité professionnelle à 50% de l'indemnité parlementaire mais a décidé que ceux-ci seraient désormais publiés.

HAUTE AUTORITÉ DE TRANSPARENCE

Ces rémunérations annexes seront publiées par une Haute autorité de transparence de la vie publique. Cette disposition concerne près de 7.000 personnes : ministres, parlementaires nationaux et européens, collaborateurs de cabinets ministériels, présidents des assemblées et hauts fonctionnaires.

Un amendement propose d'interdire la possibilité de prendre une nouvelle activité en cours de mandat. D'autres complètent le régime des incompatibilités à des éléments nouveaux comme les présidences de tribunaux de commerce, les postes de conciliateurs et ceux de médiateurs ou d'arbitrage.

Il a été décidé que les indemnités versées aux ministres lorsqu'ils quittent le gouvernement seraient réduites à trois mois contre six mois actuellement alors que le gouvernement voulait les payer pendant un mois seulement.

Les deux autres textes prévoient la création d'un procureur de la République financier et une série de mesures visant à mieux lutter contre la fraude fiscale.

Ainsi, le délai de prescription passera de trois à six ans et les "lanceurs d'alerte" - ceux qui dénoncent des actes de fraude - seront mieux protégés. Un système de "repentis" sera mis en place pour les personnes coopérant avec la justice.

"Ce sont des textes importants qui vont marquer une rupture considérable dans la pratique de la moralisation de la vie publique en France", a dit Alain Vidalies, ministre des relations avec le Parlement.

MAJORITÉ DIVISÉE

La majorité est divisée sur ces textes.

Jean-François de Rugy, porte-parole du groupe écologiste, a annoncé que ses troupes les voteraient, même s'ils sont en retrait par rapport aux ambitions initiales. Mais les radicaux de gauche alliés au PS penchent pour le "non".

Thierry Mandon, porte-parole du groupe PS, a lancé un appel à l'unité de la majorité, rappelant la défaite subie dimanche par le candidat socialiste lors de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), l'ancien fief de Jérôme Cahuzac, laissant le FN et l'UMP s'affronter au second tour.

"J'espère que les leçons de Villeneuve-sur-Lot seront dans la tête de tout le monde et que ces textes qui marquent un progrès considérable seront votés à l'unanimité", a-t-il dit.

Dans l'opposition, l'UMP votera contre tandis que le groupe UDI (centriste) pratiquera une "abstention critique".

Le député UMP Jean-Charles Taugourdeau a présenté à titre personnel quelque 120.000 amendements sur l'article qui oblige les maires des villes de plus de 20.000 habitants à déposer une déclaration de patrimoine.

Un de ses amendements vise Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, en proposant que la Première Dame fasse elle aussi une déclaration de patrimoine et d'intérêts.

Les députés se prononceront le mardi 25 juin sur les quatre projets de loi que le Sénat examinera à son tour à partir du 9 juillet, l'objectif du gouvernement étant de faire adopter ce dispositif avant la fin juillet.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.