Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RPT-Regain de popularité pour Hollande, mais sans garantie

Reuters02/12/2015 à 16:25

RPT-REGAIN DE POPULARITÉ POUR HOLLANDE MAIS SANS GARANTIE POUR LA SUITE

par Elizabeth Pineau et Pauline Mevel

PARIS (Reuters) - (Répétition pour mastic au 1er paragraphe)

La gestion des suites des attentats du 13 novembre vaut à François Hollande un regain de popularité exceptionnel qui ne signifie pas pour autant une adhésion à sa politique ni une promesse d'embellie pour le PS aux élections régionales.

La cote de confiance du chef de l'Etat fait un bond sans précédent de 22 points en novembre pour s'établir à 50% d'opinions favorables dans un sondage Ifop-Fiducial diffusé mardi, tandis que le baromètre TNS-Sofres OnePoint le crédite d'une hausse de 20 points, à 35%.

"Pour lui, c'est inespéré. On dit toujours que l'impopularité est un chemin sans retour, qu'on ne peut pas remonter à la surface. Ce fut le cas pour Nicolas Sarkozy qui n'avait pas récupéré une popularité majoritaire", a expliqué à Reuters Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop.

François Hollande n'est plus le président le plus impopulaire de la Ve République et, pour la première fois, il fait jeu égal avec Manuel Valls, qui ne progresse que de trois points, à 50% dans le sondage Ifop-Fiducial. Le président a rejoint, voire dépassé son Premier ministre sur le terrain de l'autorité, thème de prédilection du locataire de Matignon.

"Il est apparu comme un vrai chef d'Etat, voire un chef de guerre. De ce point de vue-là, les Français ont été rassurés, quand bien même il y a eu des critiques sur le fait que les attentats auraient pu être évités", dit Frédéric Dabi.

De ses interventions le soir des attentats à l'hommage national du 27 novembre en passant par le discours devant le Congrès à Versailles, François Hollande est apparu déterminé.

Le François Hollande martial a particulièrement séduit les sympathisants de droite en désaccord avec les fondements de sa politique. L'embellie sondagière n'en est que plus fragile.

UNE SURPRISE DIMANCHE SOIR ?

L'éclaircie rappelle celle qui avait suivi les attentats de janvier, qui avaient donné une première occasion au chef de l'Etat de se "re-présidentialiser". L'effet n'avait pas duré, et la cote de confiance avait de nouveau chuté sur fond de menaces terroristes mais aussi de chômage au plus haut.

"Quand les sujets économiques et sociaux, quand les éléments pour lequel le bilan de François Hollande est jugé très faible, voire famélique vont revenir sur le devant de la scène, on reviendra à une très forte dureté des sympathisants de droite", prédit Frédéric Dabi.

Le président de la République pourrait toutefois conserver une partie du capital, comme ce fut le cas après les attentats de janvier.

Lié à des circonstances exceptionnelles, ce nouvel état de grâce ne devrait totefois pas influencer le score de son camp aux régionales dont le premier tour a lieu dimanche.

"Cette nouvelle popularité ne va pas changer le rapport électoral ni les tendances en cours : abstention forte, démobilisation de la gauche, poussée du Front national, victoire sans doute de la droite dans beaucoup de régions, mais ça peut avoir un effet sur la participation", dit Frédéric Dabi.

Si retour aux urnes il y a, le PS espère en tirer bénéfice.

"Une certaine maturité s'exprime dans les moments difficiles, ça peut créer une bonne surprise dimanche soir", dit Juliette Méadel, porte-parole du PS. "S'il y a un sursaut, cela montre que venir voter est un acte de résistance par rapport aux attentats menés par des opposants à la démocratie."

François Hollande a lancé mercredi en conseil des ministres un message en ce sens.

"La première liberté en démocratie c'est le vote, donc il faut aller voter. Chacun a sa part à assumer, c'est le message qu'il faut faire passer", a rapporté Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.