Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

RPT-Migrants/Sommet-UE et Turquie tentent de gommer leurs divergences

Reuters 27/11/2015 à 20:30
 (Répétition titre) 
    par Alastair Macdonald et Jonny Hogg 
    BRUXELLES/ANKARA, 27 novembre (Reuters) - Européens et Turcs 
travaillent à gommer leurs divergences, notamment financières, 
avant le sommet prévu dimanche à Bruxelles consacré à la gestion 
des flux de réfugiés syriens qui tentent de rejoindre les pays 
de l'UE après avoir transité par la Turquie. 
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accepté le mois 
dernier les grandes lignes d'un plan d'action par lequel l'Union 
européenne verserait une aide de trois milliards d'euros sur 
deux ans aux autorités d'Ankara afin de les aider à gérer la 
présence de 2,3 millions de réfugiés sur leur territoire. 
    Diplomates et responsables se montraient pessimistes 
vendredi quant à la conclusion d'un éventuel accord en raison 
des différends qui persistent entre Bruxelles et la Turquie où 
la situation a évolué au cours des dernières semaines. 
    La victoire remportée lors des législatives anticipées par 
le parti de la Justice et du Développement (AKP) a renforcé la 
position d'Erdogan dans son pays. 
    Le président turc a reconduit le Premier ministre Ahmet 
Davutoglu dans ses fonctions et son gouvernement a formulé de 
nouvelles exigences concernant l'aide européenne, réclamant 
trois milliards d'euros par an et non plus trois milliards sur 
deux ans. 
    "Les choses peuvent encore échouer. Ce n'est pas une 
négociation simple. Parmi les 28 Etats membres (de l'UE), il y a 
des positions divergentes à l'égard de la Turquie. Il est 
toujours possible qu'un accord ne soit pas conclu", a reconnu un 
responsable européen. 
    "La Turquie tente de forcer sa chance", a expliqué un 
diplomate à Ankara. "Ils demandent beaucoup et l'atmosphère 
n'est pas bonne", a-t-il poursuivi. 
    "Dans le même temps, il y a beaucoup d'acteurs importants en 
Europe qui ont un faible pour la Turquie et qui ont vraiment 
envie de trouver un moyen de faire progresser la relation", 
rappelle ce diplomate. 
    Plusieurs incertitudes demeurent sur la période couverte par 
l'aide européenne mais également sur les conditions dont l'UE 
pourraient assortir son soutien. Les Européens ne se sont pas 
non plus entendus entre eux sur le financement, certains 
préférant une imputation au budget général plutôt qu'une 
contribution Etat par Etat. 
    Certains reprochent à Angela Merkel son déplacement en 
Turquie avant les législatives afin de rencontrer Erdogan. Cette 
visite, estiment-ils, a pu donner au président turc le sentiment 
que les Vingt-Huit étaient aux abois dans cette crise migratoire 
et incité Erdogan à profiter de la situation en révisant ses 
exigences à la hausse. 
    Le fait que Erdogan ait décidé d'envoyer son Premier 
ministre et de ne pas se rendre en personne à Bruxelles fait 
dire à certains que la Turquie "est prête à laisser tomber". 
    "C'est une bonne stratégie de négociation mais c'est un 
mauvais signe", a résumé le diplomate en poste à Ankara. 
     
 
 (Pierre Sérisier pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.