Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RPT-Les étudiants français à l'épreuve de la pauvreté

Reuters23/12/2011 à 19:23

Répétition. Bien lire Bernard Thibaud dans les derniers paragraphes.

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Dans un étroit bureau au premier étage des locaux de la mutuelle étudiante Smerep, dans le VIe arrondissement de Paris, des bénévoles du Secours populaire reçoivent trois fois par semaine des étudiants en grande difficulté financière.

Dans les placards, des pâtes, du riz, des gâteaux et des céréales. Dans les tiroirs, des bons pour des livres et de la papeterie et pour acheter des vêtements à un euro dans une boutique solidaire.

Pudiques et discrets, la plupart des étudiants qui viennent ici ne se disent pas pauvres. "Pourtant, ils le sont plus que les autres", dit Simone Bernaert, une bénévole.

Ce jeudi midi, un jeune homme de 26 ans franchit le pas de la porte. Originaire d'Afrique noire, il est venu en France il y a un an pour poursuivre ses études d'économie. Hébergé par un ami de son père qui paie ses frais de scolarité, il ne dispose d'aucune ressource. Et pour tout le reste, il "(s)e débrouille".

"Je vous connais, vous", l'accueille Simone Bernaert. La semaine passée, il s'est présenté pour la première fois dans ces locaux.

"Vous voulez des Corn Flakes ? C'est extrêmement nourrissant", lui conseille la bénévole. "Et de la soupe, ça équilibre l'alimentation... Ça vous convient ?".

"Oui", répond-il à chaque question, en rangeant soigneusement les denrées dans son sac.

FACE ÉMERGÉE DE L'ICEBERG

En 2011, comme lui, 90 étudiants sont venus chercher de l'aide dans cette antenne du Secours populaire consacrée aux étudiants. C'est trois fois plus que l'année dernière.

Des étudiants aux parcours variés, mais qui sont tous en situation de grande pauvreté. D'après une étude de l'Insee datant de 2009, le taux de pauvreté est de 22,5% chez les 18-24 ans contre 13,5% pour l'ensemble de la population.

"Cette précarité étudiante, elle est vraiment cachée, on est loin de la connaître", estime Simone Bernaert. D'après elle, si cette permanence était plus visible, elle serait "submergée" par les visiteurs.

"Pour nous, c'est vraiment la face émergée de l'iceberg", confirme Marc Castille, directeur des relations extérieures et institutionnelles du Secours populaire.

"On imagine bien que pour un jeune étudiant, venir frapper à la porte du Secours populaire, des Restos du cour ou de l'Armée du salut, ce n'est quand même pas une démarche d'avenir, il faut vraiment être au bout du rouleau", ajoute-t-il.

Si elle n'est pas nouvelle, la précarité étudiante se banalise, disent les associations.

Face à l'afflux d'étudiants dans ses locaux, le Secours populaire a dû ouvrir des permanences d'accueil dédiées à Lille, Albi, Montpellier et Paris. L'association envisage aujourd'hui d'en ouvrir de nouvelles à Paris, Orléans et à La Réunion.

Une épicerie solidaire étudiante a par ailleurs ouvert en octobre sur un campus universitaire de Lyon.

LE LOGEMENT POSE PROBLÈME

"Avant, les étudiants arrivaient à se débrouiller avec leur famille, entre amis, ils ne venaient jamais chez nous", dit Bernard Thibaud, secrétaire général du Secours catholique.

Aujourd'hui, environ 20% des 160.000 jeunes reçus par l'association caritative sont des étudiants. Or, 92% des personnes qu'elle accueille vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Parmi les symptômes de cette pauvreté accrue, la démutualisation de 5 à 10% d'étudiants au cours des quatre dernières années, selon une mutuelle étudiante et, fait jadis rarissime, de plus en plus d'étudiants atterrissent en centres d'hébergement, explique Alain Raoul, directeur général de la fondation de l'Armée du salut.

Le problème central est le logement, s'accordent à dire les militants associatifs. Seules 160.000 places sont disponibles en résidence universitaire pour 2,3 millions d'étudiants, dit Bernard Thibaud.

Pour beaucoup d'étudiants, le loyer représente 50% du budget. Un coût d'autant plus dur à assumer que même pour les boursiers il existe un "décalage" entre le montant de la bourse et le prix de la vie étudiante, ajoute Bernard Thibaud.

Face a cette situation, de nombreuses associations de terrain et syndicats demandent la mise en place d'une allocation de soutien à l'autonomie des étudiants et des jeunes. Beaucoup demandent également l'extension du revenu de solidarité active (RSA) aux étudiants.

"Aujourd'hui, l'ensemble des équilibres en termes financiers sont essentiellement orientés vers les familles", dit Bernard Thibaud. "Pour les jeunes qui sont sans soutien familial, il y a là une très grande difficulté".

Edité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.