Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

ALSTOM

39.98EUR
-0.27% 
Ouverture théorique 39.98
indice de référence SBF 120

FR0010220475 ALO

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    39.90

  • clôture veille

    40.09

  • + haut

    40.00

  • + bas

    39.62

  • volume

    654 421

  • valorisation

    8 882 MEUR

  • capital échangé

    0.29%

  • dernier échange

    18.06.18 / 17:38:38

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    35.99

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    43.97

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur ALSTOM

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter ALSTOM à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter ALSTOM à mes listes

    Fermer

RPT-LEAD 3-France-Un plan à 570 millions d'euros pour sauver Alstom-Belfort

Reuters04/10/2016 à 17:39
 (Bien lire autorité administrative et non unité, § 7) 
    * L'Etat va acheter pour 500 millions d'euros de rames TGV 
    * Alstom investira 70 millions d'euros à Belfort 
    * Syndicats et élus locaux satisfaits mais prudents 
 
    par Gilbert Reilhac 
    BELFORT, 4 octobre (Reuters) - La perspective d'une 
fermeture du site historique d'Alstom  ALSO.PA  à Belfort s'est 
éloignée mardi avec la promesse de l'Etat et la SNCF d'anticiper 
des commandes de rames TGV ainsi que celle du groupe d'y 
développer la maintenance. 
    Outre l'accélération de commandes en discussion, l'Etat et 
Alstom mettent sur la table environ 570 millions d'euros de plus 
en achat de rames TGV (15) et en investissements pour assurer la 
pérennité d'un site dont la direction du groupe avait annoncé le 
7 septembre le transfert d'ici deux ans en Alsace. 
    Les mesures annoncées sur place par le secrétaire d'Etat à 
l'Industrie, Christophe Sirugue, aux syndicats d'Alstom et aux 
élus locaux en présence du PDG du groupe, Henri Poupart-Lafarge, 
 préservent les 400 postes directement en jeu, en pleine 
campagne électorale pour l'élection présidentielle de 2017. 
    Le gouvernement et le PDG annoncent dans une déclaration 
commune la commande par l'Etat de 15 rames de TGV Euroduplex 
pour la ligne Intercités Bordeaux-Marseille, en anticipation de 
la transformation des tronçons Bordeaux-Toulouse et 
Montpellier-Perpignan en lignes à grande vitesse (LGV) en 
2025-2030. 
    Ces rames duplex de dernière génération intègrent des 
équipements de signalisation et de traction compatibles avec les 
autres réseaux européens. Cette commande évaluée à 500 millions 
n'affectera le budget de l'Etat qu'en 2021, date prévue pour 
leur livraison, a précisé Christophe Sirugue. 
    Cette commande s'inscrit dans le cadre d'un contrat cadre 
signé le 27 juin 2007 par Alstom et la SNCF, ce qui exonère 
l'Etat de passer par un appel d'offres. 
     
    CENTRE DE MAINTENANCE 
    "L'Etat, parce que c'est une autorité organisatrice pour une 
partie des lignes, est en droit d'acheter des trains qu'il met 
ensuite à la disposition d'un exploitant quel qu'il soit, en 
l'occurrence la SNCF", a expliqué à Reuters le ministre des 
finances, Michel Sapin. 
    La SNCF confirme pour sa part la commande de six rames TGV 
pour la ligne Paris-Turin-Milan et de 20 locomotives de secours 
pour les trains en panne. 
    "L'ensemble de ces commandes permettront de maintenir 
l'expertise et la compétence industrielle du site de Belfort", 
lit-on dans la déclaration commune Sirugue-Poupart-Lafarge. 
    Quelque 70 millions d'euros seront par ailleurs investis au 
cours des prochaines années à Belfort, pour assurer l'avenir du 
site et la diversification de ses activités. 
    Alstom et l'Etat en consacreront 30 au développement du TGV 
du futur, dont les premiers exemplaires seront produits à partir 
de 2021. Le groupe en investira 30 autres pour développer une 
nouvelle plateforme de locomotive de manœuvre diesel ou hybride. 
    Alstom dépensera par ailleurs cinq millions d'euros pour 
faire du site le centre européen de référence de la maintenance 
des locomotives du groupe, qui emploiera 150 personnes à terme 
et cinq autres pour développer de nouveaux types de véhicules, 
en particulier des autobus électriques. 
    "Ça peut être des activités ferroviaires mais aussi du 
domaine du non ferroviaire et notamment du bus, et pourquoi pas 
du bus électrique", a dit Henri Poupart-Lafarge. 
    Les collectivités locales participeront pour leur part à 
hauteur d'un million d'euros à la modernisation du site. 
     
    "ON NOUS A ENTENDUS" 
    L'Etat confirmera enfin avant novembre prochain la commande 
de 30 rames Intercités, ce qui "permettra de conforter le site 
Alstom de Reichshoffen", lit-on encore dans la déclaration. 
    Ces annonces ont été accueillies avec satisfaction par les 
salariés réunis devant la préfecture de Belfort, où avait lieu 
la réunion. 
    "On nous a entendus", a résumé Claude Mandart, coordinateur 
CFE-CGC, selon qui les mesures annoncées donnent une visibilité 
de "trois ans, voire quatre ans", au site de Belfort, "ce qui va 
permettre de faire la jonction avec le TGV du futur".  
    "Ces différentes commandes vont nous permettre de lancer de 
nouvelles activités sur le site de Belfort", s'est de son côté 
félicité Henri Poupart-Lafarge, selon qui ce plan bénéficiera à 
l'ensemble des usines du groupe.     
    Un comité de suivi de la mise en œuvre des engagements pris 
sera constitué. Les syndicats ont obtenu qu'une première réunion 
se tienne avant l'élection présidentielle du printemps 2017. 
    Le député-maire de Belfort Les Républicains, Damien Meslot, 
s'est dit "satisfait mais prudent". 
    "Sur la diversification, on n'a rien de concret et un 
investissement de cinq millions d'euros pour développer un 
nouveau bus électrique, c'est quand même peu", a-t-il déclaré. 
    "La question qu'on se pose, c'est 'tout ça pour ça ?' On 
peut se demander pourquoi on a annoncé la fermeture du site 
d'Alstom alors qu'il restait deux ans de carnet de commandes. On 
a un peu l'impression qu'il y a eu un bras de fer entre la 
direction d'Alstom et les pouvoirs publics", a ajouté l'élu. 
 
 (Avec Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou à Paris, édité par 
Yves Clarisse) 
 

Valeurs associées

-0.27%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.