Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RPT-La Chine pourrait creuser son déficit pour doper sa croissance

Reuters30/12/2015 à 07:00
 (Répétition sans changement d'une dépêche diffusée mardi) 
    par Kevin Yao 
    PEKIN, 30 décembre (Reuters) - La Chine pourrait creuser son 
déficit budgétaire en 2016 si les autorités optent, comme le 
leur recommandent certains économistes, pour l'augmentation des 
dépenses publiques afin d'endiguer le ralentissement de 
l'économie et de pallier le manque d'efficacité de la politique 
monétaire.  
    Le gouvernement devrait porter le déficit budgétaire à 
environ 3% du produit intérieur brut (PIB) l'an prochain contre 
un objectif de 2,3% pour 2015, afin d'amortir en partie l'impact 
possible des réformes structurelles sur l'économie, ont expliqué 
plusieurs conseillers de Pékin. 
    Ces sources, qui conseillent les plus hautes instances 
dirigeantes de l'Etat mais ne participent pas aux prises de 
décisions, ont ajouté que l'augmentation du déficit figurait 
parmi les recommandations présentées lors d'une réunion récente 
sur la politique économique pour 2016.  
    "Le ratio de déficit budgétaire de l'an prochain atteindra 
très probablement 3%, voire un peu plus, et on ne peut pas 
exclure la possibilité qu'il continue d'augmenter au cours des 
prochaines années", a dit une source au sein du ministère des 
Finances.  
    Le mois dernier, le vice-ministre des Finances Zhu Guangyao 
a estimé que les économistes devaient reconsidérer le niveau de 
déficit considéré comme dangereux, des propos que certains 
observateurs ont interprété comme un indice d'une évolution 
prochaine de la politique budgétaire.  
    "Pour empêcher une poursuite du ralentissement de la 
croissance économique, la Chine devrait adopter une politique 
budgétaire plus énergique l'an prochain et au cours des années 
suivantes, en faisant de la politique budgétaire son principal 
instrument", a déclaré un économiste influent de l'Académie des 
sciences sociales chinoise, l'un des principaux organes 
consultatifs de l'Etat. 
     
    LA POLITIQUE MONÉTAIRE JUGÉE "INEFFICACE" 
    La croissance de la deuxième économie mondiale devrait être 
revenue autour de 7% cette année, le chiffre le plus bas depuis 
près de 25 ans, et elle reste exposée à des pressions 
déflationnistes malgré l'assouplissement répété de la politique 
monétaire et de multiples injections de liquidités dans le 
système financier par la banque centrale.  
    Pékin devrait annoncer pour 2016 une prévision de croissance 
d'au moins 6,5%, conforme au nouveau plan quinquennal et 
compatible avec l'objectif d'un doublement du PIB et du revenu 
par habitant sur la période 2010-2020.  
    "En période de déflation, la politique monétaire est 
inefficace car les banques rechignent à prêter et les 
entreprises rechignent à emprunter", explique l'économiste de 
l'Académie des sciences sociales, qui prône un déficit 
budgétaire situé entre 3% et 4% du PIB l'an prochain pour 
financer des baisses d'impôts et de taxes et des dépenses 
d'infrastructures. 
    Le ministère des Finances n'a pas répondu à une demande de 
commentaire sur le sujet.  
    Il n'y pas de statistiques détaillées disponibles sur le 
ratio déficit/PIB chinois mais des analystes en Chine estiment 
qu'il n'a jamais atteint 3% depuis 1978, l'année du lancement 
par Deng Xiaoping des grandes réformes de libéralisation de 
l'économie.  
    Le déficit avait représenté 2,8% du PIB en 2009, année 
marquée par un plan de soutien de 4.000 milliards de yuans (565 
milliards d'euros au cours actuel) destiné à contrer l'impact de 
la crise financière mondiale. A l'époque, un vice-ministre des 
Finances avait déclaré que le déficit avait dépassé 5% au cours 
des années 1960. 
    Si l'objectif 2015 a été fixé à 2,3%, le ministre des 
Finances, Lou Jiwei, a dit en mars que le niveau définitif 
pourrait atteindre 2,7%.  
    "Il pourrait être revu en hausse, à environ 3%. Nous devons 
mettre en place une politique offensive et augmenter les 
dépenses budgétaires pour soutenir une économie qui ralentit", 
estime un économiste influent qui conseille le Parlement 
chinois.  
     
 
 (Marc Angrand pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.