1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

RPT-L'opposition juge que Hollande rate une opportunité sur la Syrie
Reuters29/09/2015 à 15:41

(Répétition titre) PARIS, 29 septembre (Reuters) - L'opposition a jugé mardi "inaudible" la position sur la Syrie de François Hollande, qui a réaffirmé lundi à l'Onu son exigence du départ de Bachar al Assad, opposant une fin de non-recevoir à la nouvelle stratégie proposée par Vladimir Poutine. Le président russe a estimé qu'il fallait bâtir une coalition internationale pour éradiquer l'Etat islamique en coopérant avec le régime de Damas. La transition en Syrie "passe nécessairement par le départ de Bachar al Assad, rien n'a changé", a répondu François Hollande en demandant aux Russes d'en tenir compte. ID:nL5N11Y3SX "L'attitude du président de la République est inaudible", a déclaré Christian Jacob, président du groupe Les Républicains de l'Assemblée, lors de son point de presse hebdomadaire. "Il est isolé. Il s'entête alors qu'il faut mettre en place une coalition internationale et mobiliser les Etats régionaux contre Daech", a-t-il ajouté. "La position de François Hollande paraît de plus en plus incompréhensible." L'ancien Premier ministre François Fillon (LR) a estimé dans un communiqué que le plan de Vladimir Poutine était "une opportunité pour bâtir une vraie coalition internationale pour démanteler l'Etat islamique". "Au lieu de saisir cette opportunité, au lieu d'utiliser intelligemment l'initiative des autorités russes pour débloquer la situation sur le terrain, François Hollande a cru habile de jouer les matamores", a-t-il poursuivi. "A force de faire du sort de Bachar al Assad le noeud d'une stratégie collective pour abattre l'Etat islamique, on reste au point mort et pendant ce temps-là les fanatiques avancent." La position française est aussi critiquée à gauche. Le communiste André Chassaigne, président du groupe Front de gauche de l'Assemblée, a demandé à la France de "s'élever". "C'est une politique inconséquente, ce n'est pas au niveau. L'urgence c'est de mettre fin à Daech et de mettre en place une coalition internationale. Il faut que la France s'élève", a-t-il déclaré lors d'un point de presse. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • NYORKER
    29 septembre15:23

    Remarquez que Bachar Al Assad pourrait demander aussi à Hollande de partir , ça nous rendrait service

    Signaler un abus

  • mo.conta
    29 septembre15:19

    c'est un mou ;meme son ex l'avait dit..incapable de prendre une décision.2017 et adieu pour toujours

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer