Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RPT AVANT-PAPIER-L'austérité au coeur des élections législatives au Portugal

Reuters04/10/2015 à 07:00

(répétition sans changement de la dépêche transmise vendredi) * Première élection depuis la sortie du plan d'aide internationale * La coalition de centre droit sortante favorite des sondages * Elle ne semble pas en mesure d'obtenir la majorité absolue * L'opposition socialiste promet baisses d'impôts et moins d'austérité par Axel Bugge LISBONNE, 4 octobre (Reuters) - La poursuite ou non des politiques d'austérité qui ont permis au Portugal de sortir d'un plan d'aide internationale l'an dernier sera sans nul doute le facteur clé des élections législatives de dimanche, dont la coalition gouvernementale de centre droit part favorite. Alors que l'opposition socialiste a été pendant trois ans la favorite des sondages, la coalition du Premier ministre Pedro Passos Coelho a inversé la tendance cet été et a depuis creusé régulièrement l'écart. Selon deux enquêtes publiées jeudi, l'alliance formée par le Parti social-démocrate (PSD) de Passos Coelho et le Parti populaire (CDS-PP) est largement en tête dans les intentions de vote, avec six à douze points d'avance sur le Parti socialiste, ce qui lui laisse un faible espoir d'obtenir la majorité absolue des sièges sans laquelle il devra se résoudre à former un gouvernement minoritaire risquant l'impuissance. ID:nL5N121485 Toute projection reste cependant délicate en raison du nombre élevés d'indécis (20 à 30% des électeurs) et de la baisse régulière du taux de participation, que les observateurs attribuent notamment au départ à l'étranger de centaines de milliers de Portugais fuyant la crise et le chômage. Après des années de thérapie économique de choc, le Premier ministre sortant peut se targuer d'avoir extrait le Portugal de la crise de la dette qui avait conduit son prédécesseur socialiste à solliciter l'aide de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) en 2011. Le Portugal a réussi à sortir du plan d'aide en mai 2014 et Pedro Passos Coelho s'efforce depuis de convaincre les électeurs que seule la stabilité permettra de mener à bien les réformes nécessaires pour améliorer leur quotidien, à commencer par la baisse du chômage. "RÉALITÉ" CONTRE "DÉMAGOGIE" "Personne n'échange la certitude contre l'incertitude", a martelé le chef du gouvernement pendant la campagne qui s'est achevée ce vendredi. "Sans stabilité, il n'y a pas de confiance, sans confiance, pas d'investissements et sans investissements, pas de créations d'emploi", a-t-il argumenté en se présentant comme le chef d'un gouvernement "responsable" qui tient compte de la "réalité" face à la "démagogie" dont ferait preuve selon lui son adversaire socialiste, Antonio Costa. Dans la dernière ligne droite avant le scrutin de dimanche, le chef de file de l'opposition a tenté de convaincre les Portugais de se rendre aux urnes en leur promettant de desserrer les cordons budgétaires et de réduire les impôts pour améliorer leur pouvoir d'achat. "Chaque voix compte", a-t-il insisté pendant un meeting dans le nord de Lisbonne. Mais le dirigeant socialiste a eu pendant toute la campagne du mal à se démarquer de mesures d'austérité que son parti avait acceptées en contrepartie du plan de renflouement avant de perdre les élections législatives de juin 2011. Pour autant, l'inversion de tendance constatée ces dernières semaines pourrait ne pas suffire à la coalition au pouvoir pour atteindre le seuil de 44% des suffrages exprimés nécessaires pour obtenir la majorité absolue. Les derniers sondages attribuent à l'alliance de centre droit 38 à 41% des intentions de vote, un scénario qui la contraindrait à former un gouvernement minoritaire dont la capacité à mener les réformes de fond nécessaires pour améliorer la compétitivité du pays interroge les analystes, alors que celles-ci ont déjà pris du retard cette année. En cas d'impasse, des élections législatives anticipées devraient être organisées, ce qui pourrait ouvrir une longue période d'instabilité et d'incertitude pour le Portugal, le chef de l'Etat n'étant pas habilité à dissoudre le Parlement pendant les six derniers mois de son mandat, qui s'achèvera en janvier. (Tangi Salaün pour le service français, édité par Henri-Pierre André)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.