1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Routes nationales : la dégradation inquiétante des ponts français
Le Point15/08/2018 à 18:59

En mai 2018, l'autoroute A15 avait été fermée en direction de Paris en raison de l'affaissement du viaduc de Gennevilliers.

Le drame du viaduc de Morandi peut-il se reproduire ailleurs qu'en Italie ? Pour cela, il faut regarder l'état des infrastructures routières des pays. Et dans le cas de la France, la réponse peut en effrayer certains. En effet, selon un récent audit demandé par le gouvernement français, environ 30 % des 12 000 ponts que compte le réseau routier national, dont la gestion n'a pas été confiée à des sociétés privées, auraient bien besoin de réparations. Pire, 7 % d'entre eux présentent même un « risque d'effondrement », précise l'audit.

La dégradation des chaussées et des ouvrages d'art est jugée « préoccupante » par le rapport, qui qualifie de « vieillissant et dégradé » le réseau routier français non concédé à des sociétés privées, tout comme celui de l'Italie. Il s'étend sur 12 000 kilomètres, qui s'ajoutent aux 9 000 kilomètres d'autoroutes concédées. Un constat très préoccupant, car, en moyenne, un pont « n'est réparé que 22 ans après l'apparition des premières dégradations », selon le document. Si rien n'est fait, en 2037, 62 % des chaussées seront « très dégradées », selon cette étude demandée par le gouvernement afin de l'aider dans la préparation budgétaire de la programmation des infrastructures.

Lire aussi. Catastrophe de Gênes : le prix de l'immobilisme

Plus globalement, 17 % des...

Lire la suite sur Le Point.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1765517
    16 août08:10

    exact, on est toujours occupé en dehors en s'aveuglant sur l'ordinaire des compatriotes !

    Signaler un abus

  • M5441845
    15 août21:23

    En plus à 80 km/h, on reste plus longtemps sur un pont que à 90....

    Signaler un abus

  • aerosp
    15 août21:11

    Macron préfère s'occuper de la frontière Syrie jordanie avec des millions à la clef pour se croire grand leader

    Signaler un abus

  • ebrardpa
    15 août19:54

    La catastrophe italienne peut elle se reproduire en France : ? Oui car nous avons beaucoup d'italien s qui nous la jouent " mafioso solidariso" . c'est d'ailleurs pour ça que ce pont a pété la bas ,car ils me " gêne "nt .C'est pour tant simple .

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer