1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Rouen : «mise à l'arrêt» d'une usine Boréalis classée Seveso
Le Parisien01/10/2019 à 16:03

Rouen : «mise à l'arrêt» d'une usine Boréalis classée Seveso

Une usine chimique de Grand-Quevilly, près de Rouen, classée Seveso seuil haut, a été « mise à l'arrêt » une partie de la matinée ce mardi. L'arrêt a été ordonné à 7h45, a annoncé la préfecture de Seine-Maritime. Quelques jours après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, les pompiers ont été appelés pour une alerte sur le site Boréalis. Cette usine de production d'engrais est classée Seveso seuil « haut ». À la suite d'une perte d'alimentation électrique, due à l'échauffement d'un élément dans le poste électrique principal, l'usine a immédiatement déclenché son « plan d'organisation interne » afin de mettre en sécurité des installations. Selon la préfecture, il n'y a pas eu de départ d'incendie dans les installations.Le Plan d'organisation interne (POI) est la procédure « quand il y a un incident de faible ou de niveau moyen qu'il (l'industriel, NDLR) est capable d'assurer seul », explique le directeur de cabinet du préfet, Benoît Lemaire. Au contraire, un PPI (plan particulier d'intervention) comporte un risque d'incident à l'extérieur, comme cela a été le cas jeudi lors l'incendie de l'usine Lubrizol.Incendie ou pas ?En Seine-Maritime, « il y a un déclenchement de POI chaque semaine », poursuit le directeur de cabinet, expliquant que la préfecture a diffusé un communiqué sur la situation à Boréalis « compte tenu du contexte particulier » et les conséquences de l'accident industriel Lubrizol. « Les pompiers sont là pour sécuriser s'il y a des difficultés avec le groupe électrogène », a-t-il insisté.La représentante CGT au sein de l'usine, Christine Poupin, assure de son côté qu'il y a bien eu un incendie chez Boréalis. « Le transformateur T1, celui de l'alimentation générale du site, a subi une coupure franche d'électricité. Il y a eu un incendie et les pompiers sont nécessairement intervenus », explique-t-elle.Elle ajoute que ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer